"Tout est exacerbé" : quand le confinement alourdit la charge mentale des femmes

, modifié à
  • A
  • A
Pendant le confinement, les femmes en couple continuent d'effectuer la majorité des tâches domestiques. 1:36
Pendant le confinement, les femmes en couple continuent d'effectuer la majorité des tâches domestiques. © Pixabay
Partagez sur :
Pour de nombreuses épouses, conjointes ou mères de famille, le confinement rime avec encore plus de pression concernant les tâches domestiques. Selon un sondage Harris Interactive, 58% des femmes en couple estiment s'occuper de la majorité de ces missions. 

Dans les foyers, le confinement exacerbe les inégalités entre les conjoints. Selon un sondage Harris Interactive, 58% des femmes en couple estiment s'occuper de la majorité des tâches domestiques, tandis que 28% des sondées dédient entre deux et trois heures de leur temps quotidien à ces tâches, souvent en plus de l'exercice de leur profession en télétravail.

Mère de trois enfants, Audrey confirme à Europe 1 que le confinement a accentué la pression du quotidien. Pour cette cheffe d'une équipe de neuf personnes, la charge mentale est quelque chose de très concret, même pendant son interview. "Je suis en train de réfléchir à comment j'aide ma fille à répondre à son problème de maths, et en même temps, il faut qu'on trouve des idées de repas midi et soir, alors que d'habitude il y a la cantine", témoigne-t-elle. Pour cette Parisienne, "tout est exacerbé ! On doit encore plus prouver que, même si on a nos enfants à la maison, on va pouvoir faire le même boulot de salariée que d'habitude". 

"L'homme n'a pas cette dose de culpabilité"

Pourtant, dans son couple, il y a bien un partage des tâches familiales et domestiques avec son conjoint, mais le ressenti n'est pas le même des deux côtés. Florencia, elle, est dans la même situation. C'est elle, par exemple, qui prend des jours de congé pour s'occuper de sa fille de 3 ans, et non le papa. "Il n'y a rien qui l'en empêche", regrette Florencia. Pour elle, "un homme, même avec les meilleures intentions de prendre une grosse partie des responsabilités domestiques, n'a pas cette de dose de culpabilité qui est inculquée. C'est très difficile de s'en débarrasser".

Selon l'association Parents et féministes, 70% du travail domestique et familial est accompli par les femmes. Et ce déséquilibre s'accentue avec la crise.

Europe 1
Par Justin Morin, édité par Antoine Terrel