Tariq Ramadan remis en liberté : "le fait qu'il soit sorti ne le rend pas innocent", réagit Marie, une des plaignantes

, modifié à
  • A
  • A
L'islamologue suisse peut sortir de détention sous conditions.
L'islamologue suisse peut sortir de détention sous conditions. © MARTIN BUREAU / AFP
Partagez sur :
Après la remise en liberté sous conditions de Tariq Ramadan ordonnée par la justice jeudi, Marie, la 3ème plaignante, veut désormais "se concentrer sur sa défense". 

Marie*, la 3ème femme qui accuse Tariq Ramadan de viols, a estimé jeudi que sa remise en liberté "ne le rend pas innocent". "Le fait qu'il soit sorti ne le rend pas innocent de ce qu'il a fait", a-t-elle réagi auprès d'Europe 1 dans la soirée. Après près de dix mois de détention, Tariq Ramadan a obtenu jeudi sa mise en liberté sous contrôle judiciaire après avoir lui-même plaidé sa cause devant la cour d'appel de Paris. Trois femmes accusent l'islamologue suisse de viols, dont Marie.

"Se concentrer sur sa propre défense". "Je comprends qu’on l’ai laissé sortir, surtout avec toutes les versions et incohérences qu’il y a eu depuis le début", ajoute toutefois cette dernière. Après avoir nié pendant des mois tout rapport physique avec les plaignantes, Tariq Ramadan avait finalement reconnu devant les juges d'instruction fin octobre des relations sexuelles "consenties" avec deux d'entre elles, niant de fait les viols. Désormais, avec la remise en liberté sous conditions de Tariq Ramadan, "chacun va pouvoir se concentrer sur sa propre défense et je vous avoue aussi que sa sortie m’enlève une pression, j’espère qu'on va me laisser tranquille, la défense comme les parties civiles ", a enfin ajouté Marie. 

*Le prénom a été changé.