Sept Français sur 10 estiment que les enseignants sont "compétents"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Les Français sont 73% à juger que les enseignants sont "compétents" et 71% les trouvent "sympathiques", selon un sondage publié lundi. 

Alors qu'enseignants et personnels d'établissements scolaires sont appelés à la grève lundi, un sondage Odoxa* pour la presse régionale révèle que les Français ont majoritairement une bonne image des enseignants, rapporte Le Télégramme.

Compétents et sympathiques. Les sondés ont une bonne opinion générale des enseignants. Ils sont 73% à estimer qu'ils sont compétents ou encore 71% à les trouver "sympathiques". Pour 62% des Français, les professeurs sont "soucieux de leurs élèves" et 58% les jugent "dévoués". En revanche, ils ne sont que 49% à les trouver efficaces et 42% ont des doutes sur leur capacité à travailler.

Des professeurs qui se trouvent de nombreuses qualités. De leur côté, les enseignants ne se trouvent aucun des défauts relevés par les autres sondés alors qu'ils sont 92% à s'estimer "travailleurs", 82% à se juger "efficaces" ou encore 93% à penser qu'ils sont "dévoués".

Une grève justifiée. Étant donné la vision positive que les Français ont des enseignants, ils sont 72% à soutenir la grève de lundi qu'ils soient salariés du privé (82%) ou enseignants (91%). Près de six sondés sur dix (59%) estime que le gouvernement n'investit pas assez dans l'Éducation nationale, malgré un budget en augmentation. 53% des Français pensent que l'on demande trop d'efforts à l'Éducation nationale, un constat partagé par 90% des enseignants interrogés.

Enfin, 77% des personnes interrogées estiment que l'enseignement n'est pas "irréformable" mais que pour se faire, l'État devrait y mettre plus de moyens.

Une grève pour protester contre des suppressions de postes. À l’appel de plusieurs organisations syndicales, professeurs et agents des écoles observent lundi un mouvement de grève, afin de protester contre la suppression de 2.650 postes de professeurs en 2019. Selon le ministère de l'Éducation nationale, 2.650 postes seront supprimés en 2019 dans les collèges et lycées publics, 550 dans l'enseignement privé et 400 dans l'administration. Au total, ce sont donc 3.600 postes qui vont être supprimés à la rentrée prochaine, contre 1.800 créations dans le primaire. 

*Sondage réalisé pour la Banque française mutualiste, avec L'Obs, la Presse régionale et France inter, auprès d’un échantillon de 988 Français représentatif de la population française (les 30 et 31 octobre 2018) et d’un échantillon de 1.003 salariés du service public, parmi lesquels 209 dépendent de l’éducation nationale (du 30 octobre au 4 novembre 2018).