Saint-Brieuc : un garagiste est contraint de payer les PV de stationnement de ses clients

, modifié à
  • A
  • A
Le garagiste en est de 7.010 euros de sa poche (photo d'illustration). © MYCHELE DANIAU / AFP
Partagez sur :

Faute de place dans son garage, le patron doit garer les voitures de ses clients sur les trottoirs avoisinants, et la police ne lui fait pas de cadeau.

C'est une mésaventure qui devient pénible. A Saint-Brieux, dans les Côtes-d'Armor, un garagiste est forcé de payer les PV de stationnement de ses clients, rapporte Ouest France. La faute à son garage, trop petit, qui oblige les clients à garer leurs voitures sur les trottoirs des rues voisines dans l'attente d'une réparation.

700 euros en un an. "J'en suis à 700 euros depuis le début de l'année", déplore Claure Caro, patron d'un garage Peugeot. Le bâtiment est bien trop petit pour accueillir les voitures des salariés et celles des clients. Résultat, les voitures s'alignent sur les trottoirs quelques heures, le temps que les mécaniciens viennent les chercher. "On fait tout le temps attention à laisser de la place devant les maisons autour, pour les gens qui y habitent", assure le garagiste.

Des riverains mécontents. Une précaution visiblement insuffisante pour certains riverains qui ont fait appel à la police. Alors qu'aucune amende n'avait été distribuée en 2016, les agents ont décidé de ne plus faire de cadeau cette année. Résultat, les PV pleuvent et s'ajoutent à la facture des clients, ne laissant pas d'autre choix à Claude Caro que de les prendre à sa charge. Malgré tout, le patron du garage est soutenu par plus de 200 personnes qui ont signé une pétition en sa faveur.

Interrogée par Ouest France, la mairie botte en touche : "C’est un garagiste qui fait du très bon boulot, il est apprécié. Mais son activité de carrosserie pose problème avec de nombreuses voitures qui occupent l’espace public". Écœuré, le garagiste est en passe d'acheter un terrain en-dehors de la ville.