Que faire en cas de fraudes lors des dépannages à domicile ?

  • A
  • A
(Photo d'illustration).
(Photo d'illustration). © AFP
Partagez sur :
La revue "60 millions de consommateurs" a publié une étude édifiante de la direction de la répression des fraudes sur les abus perpétrés par de nombreux professionnels lors de dépannages à domicile. L'avocat Roland Perez explique comment s'en prémunir, dimanche sur Europe 1. 

Les abus perpétrés par les professionnels lors de dépannages à domicile se multiplient. C'est en tout cas le constat édifiant d'une étude de "60 millions de consommateurs". L'avocat Roland Perez a expliqué dimanche sur Europe 1 les protections dont bénéficient les consommateurs.

Plombiers et serruriers particulièrement visés 

Les pouvoirs publics veillent depuis fort longtemps à assainir les pratiques peu scrupuleuses de certaines entreprises qui profitent du désarroi de familles, qui les sollicitent en urgence pour une fuite d’eau qui ne peut pas attendre, des clés oubliées, perdues ou volées, une vitre cassée ou une chaudière défaillante. Vous connaissez d’ailleurs le slogan de Bercy : "faites vous dépanner pas arnaquer". Les plombiers et serruriers sont principalement visés par la dernière enquête des fraudes, et l'on y apprend que sur 640 sociétés de dépannage contrôlées en 2019, 407 étaient en infraction soit 64% des entreprises contrôlées.

Non-remise d'un devis, absence du droit de rétractation...

Les infractions visés sont notamment la non-remise d’un devis, qui est pourtant obligatoire dés le premier euro à facturer, ou le non-affichage des prix sur le site internet de l’entreprise, qui est précisément le canal par lequel le particulier est passé pour faire appel à l’entreprise. Autre infraction : l'absence d'information donnée sur le droit de rétractation du client et son éventuelle renonciation en prétextant le caractère urgent de la réparation.

Sont également visées les publicités mensongères de nombreuses entreprises, sous formes de plaquettes mises dans les boites aux lettres en arborant les couleurs et les logos d’institutions officielles comme la police, la gendarmerie, la mairie ou même la direction des fraudes pour faire croire à la caution de ces services publics et donner ainsi confiance aux clients. Ces publicités mensongères peuvent valoir aux entreprises concernées, une amende de 100.000€. Et puis enfin il y a aussi les faux avis positifs laissés sur les sites et forum de discussion, ou sur les pages jaunes voire même parfois des fausses qualifications présentées par certains professionnels.

Trouver des prestataires agréés ou signaler les abus sur la plateforme SignalConso

Mais alors, que faut-il faire pour se prémunir de ces abus quand on a justement besoin d’un dépannage urgent ? Il faut avoir sous la main des numéros de téléphone de prestataires sérieux et de confiance, que l'on aura déjà sélectionné avant de se retrouver dans une situation d’urgence. Le bouche-à-oreille fonctionne très bien en ce cas. On peut aussi sélectionner des entreprises sérieuses près de chez soi auprès du SYNADEP, le syndicat national du dépannage à domicile. Et puis il faut surtout exiger un devis avec la mention de tous les coûts d’intervention, y compris le coût des pièces de rechanges,. Il ne faut pas hésiter non plus à faire un signalement en cas de fraude, sur la nouvelle plateforme de la DGCCRF mise en place pour tous abus. Il s’agit de la plateforme : SignalConso.

Europe 1
Par Roland Perez