Projet de parc d'attractions en Ile-et-Vilaine : la crainte d'une nouvelle Zad

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Y aura-t-il un parc d'attractions sur le thème du Roi Arthur et de la Fée Morgane en Ille-et-Vilaine ? Exploitants et syndicats agricoles y sont fermement opposés, tout en redoutant l'installation d'une Zad. 

REPORTAGE

À Guipry-Messac, en Ille-et-Vilaine, le projet de construction d'un grand parc d'attractions sur le thème des légendes arthuriennes crée la polémique. Paysans et syndicats agricoles sont vent debout, car le parc pourrait prendre place sur une centaine d'hectares de terres, exploitées par neuf fermiers. 

Un Puy du Fou breton ? Aurélien Loro, le concepteur du parc, baptisé Avalonys (un nom inspiré de la contraction de l'île d’Avalon, lieu où est emmené le roi Arthur après sa dernière bataille à Camlann, et la cité engloutie d'Ys, ndlr), voit grand. En effet, L'homme veut faire du site le Futuroscope ou le Puy du Fou breton. Il prévoit déjà, dès l'ouverture, "500.000 visiteurs sur l'année", a-t-il assuré au micro d'Europe 1. La situation géographique de Guipry-Messac est avantageuse, puisque la commune de 7.000 habitants se trouve à mi-chemin entre Rennes et Nantes, et à deux heures de Paris. "Les maisons aux alentours vont prendre de la valeur", prévoit Aurélien Loro.

Des zadistes de Notre-Dame-des-Landes veulent s'installer. Si les élus sont partants, ce n'est pas le cas de la Confédération paysanne d’Ille-et-Vilaine, la FDSEA d’Ille-et-Vilaine, ou encore de la Coordination rurale 35, qui ont cosigné une lettre ouverte pour dénoncer le projet. L'implantation du parc sur ces terres agricoles reviendrait, selon elles, à abandonner l'agriculture. Les neuf exploitants craignent aussi que leur combat ne soit rejoint par des zadistes.

"La semaine dernière, des zadistes de Notre-Dame-des-Landes sont venus frapper à la porte de notre ferme, pour demander à s'installer. On s'inquiète énormément sur la tournure que peuvent prendre les choses", confie l'un des agriculteurs au micro d'Europe 1. "Le dossier peut complètement s'enliser, car il n'y a aucun consensus actuellement. On appelle à la responsabilité des élus, pour la paix sociale dans notre commune", soutient-il.

Une inquiétude générale. Aurélien Loro craint lui aussi l'arrivée des zadistes. "Ils peuvent pénaliser des milliers de personnes. Toutes les semaines, on reçoit des dizaines de mails de gens qui cherchent du boulot, et qui attendent de savoir si le projet va voir le jour", souligne-t-il. Avalonys devrait ouvrir en 2022, mais les remous inquiètent les bailleurs de fonds pressentis. Le concepteur en est encore au stade de la quête du Graal. 

Europe 1
Par François Coulon, édité par A.H.