Projet de cumul emploi-retraite : "Il faut laisser la place aux jeunes"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
La vice-présidente de la CFTC estime sur Europe 1 que la proposition de Jean-Paul Delevoye de permettre aux retraités de continuer à travailler pour augmenter leur pension "n'est pas du tout dans la perspective de ce qui avait été discuté".
RÉACTION

La question d'un possible allongement de l'âge du départ à la retraite avec la réforme à venir a fait débat la semaine dernière. Finalement, le haut-commissaire chargé de cette réforme, Jean-Paul Delevoye, a tranché la question en assurant que l'âge légal de départ à la retraite resterait fixé à 62 ans.

Travailler après la retraite pour augmenter sa pension. Dans un entretien accordé au JDD, il évoque par ailleurs, une nouvelle piste de réflexion. Il souhaite "assouplir" le dispositif de cumul emploi-retraite afin de "permettre" aux retraités qui travaillent "d'obtenir des points supplémentaires". Grâce à cela, les retraités qui continuent à travailler pourraient voir leur pension augmenter. Aujourd'hui, les retraités qui ont une activité perçoivent un salaire mais ne cumulent pas de points en plus.

Du côté des partenaires sociaux, cette idée ne fait pas l'unanimité. D'après Pascale Coton, vice-présidente de la CFTC, une telle mesure risquerait d'encourager les retraités à continuer à travailler bien au-delà de l'âge légal du départ à la retraite. "Lorsqu'un retraité continue de travailler, il améliore déjà son revenu. Il ne faudrait pas qu'il aille travailler pendant dix ans. Je pense aussi qu'il faut laisser la place aux jeunes qui cognent à la porte de l'entreprise plusieurs années après leurs études", explique-t-elle sur Europe 1.

"Ce n'est pas du tout dans la perspective de ce qui avait été discuté." "J'aimerais bien aussi que l'on puisse calculer combien ça risque de coûter au régime, qu'il soit général ou complémentaire. Ça, ce n'est pas du tout dans la perspective de ce qui avait été discuté donc je suis un peu surprise de voir cela aujourd'hui", poursuit Pascale Coton. Désormais, les discussions entre Jean-Paul Delevoye et les partenaires sociaux vont débuter, notamment pour déterminer dans quelles conditions ce cumul pourrait être mis en place. Les débats devraient durer jusqu'au mois de mai.