INFO E1 - Octogénaire assassinée à Paris : les deux suspects mis en examen

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Les deux hommes suspectés du meurtre de Mireille Knoll sont poursuivis pour "assassinat à raison de l'appartenance vraie ou supposée de la victime à une religion et sur personne vulnérable".
INFO EUROPE 1

Les deux suspects du meurtre de Mireille Knoll, une rescapée de la Rafle du Vel d'Hiv de 85 ans retrouvée morte vendredi soir dans son appartement du 11e arrondissement de Paris, le corps en partie carbonisé, ont été mis en examen mardi matin a appris Europe 1 de source judiciaire. 

Caractère antisémite. Les deux individus avaient été déférés lundi soir. Le parquet de Paris a retenu le caractère antisémite du meurtre. Ils sont poursuivis pour "homicide volontaire à raison de l'appartenance vraie ou supposée de la victime à une religion", "vol aggravé par trois circonstances" et "dégradation du bien d'autrui par un moyen dangereux". Ils ont été placés en détention provisoire conformément aux réquisitions du parquet. 

La victime connaissait l'un des suspects. L'un des deux mis en examen, né en 1989, était un voisin de la vieille dame, qu'il avait l'habitude de venir la voir et était passé dans l'appartement le jour du meurtre. "Apparemment ma mère le connaissait très bien", a déclaré le fils de la victime. Selon une source policière, il était connu des services de police pour des affaires de viol et d'agression sexuelle. Selon cette source, le second suspect, âgé de 21 ans et connu pour des faits de vols avec violences, se trouvait dans l'immeuble de Mireille Knoll le jour du meurtre.

Rescapée de la Shoah. Les policiers se sont rapidement orientés vers la piste criminelle, après la découverte de plusieurs départs de feu dans l'appartement et de traces de coups de couteau sur le corps de la victime, selon une source proche du dossier. Mireille Knoll, née en 1932 à Paris, avait échappé de justesse à la rafle antisémite du Vel d'Hiv' de juillet 1942, en s'enfuyant de Paris avec sa mère, a raconté son fils.

Europe 1
Par B.P. avec le service police-justice