Nouveaux témoignages de viols et agressions sexuelles à l'Unef

  • A
  • A
Le syndicat étudiant avait déjà été pointé du doigt par une tribune de 83 femmes en novembre dernier.
Le syndicat étudiant avait déjà été pointé du doigt par une tribune de 83 femmes en novembre dernier. © AFP
Partagez sur :
Dans "Libération", 16 militantes affirment avoir été victimes de harcèlement et, pour certaines, d'agressions sexuelles et de viols, au sein de l'Unef.

Plusieurs femmes font état de harcèlement sexuel, d'agressions sexuelles et de viols commis entre 2007 et 2015 au sein de l'Unef, le deuxième syndicat étudiant, selon de nouveaux témoignages publiés mardi par Libération. En novembre, 83 femmes, anciennes syndicalistes de l'Union nationale des étudiants de France (Unef), avaient déjà signé une tribune dans Le Monde pour dénoncer les violences sexistes et sexuelles au sein de cette organisation proche du PS. Dans son édition de mardi, Libération indique avoir recueilli le témoignage de 16 militantes se disant victimes de harcèlement et, pour certaines, d'agressions sexuelles et de viols.

Au moins une plainte déposée. Le quotidien publie notamment le témoignage d'une militante qui accuse un "membre de la direction du syndicat entré à l'Unef au milieu des années 2000" de l'avoir violée à La Courneuve, en Seine-Saint-Denis, en septembre 2014, puis une deuxième fois en juin 2016, à Paris. Elle aurait porté plainte en janvier. Une autre femme, ancienne petite amie de ce responsable, affirme elle aussi avoir été violée en juillet 2014. Selon le quotidien, elle "s'apprête" à porter plainte à son tour. Libération ajoute qu'un étudiant entré dans l'organisation "au milieu des années 2000" aurait par ailleurs commis un viol à l'été 2015 sur une jeune militante qui a déposé une main courante le 17 mars 2016 à Paris.

"Un terrain de chasse sexuelle". Plus généralement, l'article décrit une organisation où les jeunes militantes étaient la cible de pressions insistantes, notamment sous la présidence de Jean-Baptiste Prévost (2007 -2011) marquée, selon Libération, "par une multitude de dérives". L'Unef était "alors un terrain de chasse sexuelle", écrit le journal. Arrivée à la tête de l'Unef en 2016, Lilâ Le Bas assure à l'AFP avoir mis en place des outils pour enrayer ces violences et libérer la parole (réunions non mixtes, ateliers sur le consentement...). "C'est important que l'omerta se lève", a réagi l'actuelle présidente de l'Unef. "J'apporte tout mon soutien aux femmes qui dénoncent les violences qu'elles ont subies au sein de l'organisation", a-t-elle ajouté.