Isabelle Autissier crédit : Europe 1 - 1280 3:34
  • Copié
Marthe Ronteix
Au lendemain des mesures en faveur de la biodiversité annoncées par Emmanuel Macron, la navigatrice et présidente du WWF France Isabelle Autissier détaille ses attentes au micro de Wendy Bouchard mardi.

Un million d'espèces animales et végétales risquent de disparaître à brève échéance de la surface de la Terre, selon le rapport des experts de l'ONU présenté lundi. Un constat auquel le président Macron a répondu en proposant plusieurs mesures. La navigatrice et présidente du WWF France, Isabelle Autissier, a décrit ses attentes face à ces annonces au micro de Wendy Bouchard mardi.

Puisque le constat de la dramatique disparition de la biodiversité est désormais dressé, "on veut des engagements chiffrés car il y a beaucoup d'enjeux pour lesquels on sait ce qu'il faut faire. Il faut enclencher la marche avant", plaide Isabelle Autissier qui signe mardi une tribune dans Le Monde pour appeler les dirigeants à agir.

>> De 9h à 11h, c’est le tour de la question avec Wendy Bouchard. Retrouvez le replay de l’émission ici

Étendre les aires maritimes et terrestres protégées

Parmi ces mesures, Emmanuel Macron a évoqué l'extension des aires maritimes et terrestres protégées pour lutter contre l'artificialisation des sols - la transformation de zones naturelles en zones bâties ou exploitées. Pour Isabelle Autissier, "c'est une bonne chose et le WWF pense qu'il faudrait que 30% des océans soient en aires marines protégées, à condition qu'elles soient bien gérées, pour que la nature ait des points de résilience. Car aujourd'hui, la nature est attaquée de toute part sur terre et sur mer", rappelle la présidente de WWF France. 

Et la navigatrice, qui a remplacé Pascal Canfin à la tête de l'ONG lorsqu'il a pris la tête de la liste EELV pour les élections européennes, explique que la nature est capable de rapidement se régénérer. "On voit que quand on fait de bonnes aires marines protégées, elles reprennent vie. Les poissons sont plus gros, les espèces reviennent… Toute la chaîne du vivant se remet en route. Contrairement au changement climatique, avec la nature quand on fait ce qu'il faut, on voit les écosystèmes revenir à niveau assez rapidement", décrit-elle. "Et ça, c'est plutôt très encourageant."

Quel héritage pour les générations futures ?

"Notre premier allié, ce sont les citoyens et tout particulièrement notre jeunesse", a déclaré le président lundi. Un principe que partage Isabelle Autissier. "Avant, on disait qu'il fallait préserver la planète pour les générations futures. Mais aujourd'hui, c'est fini. Il faut le faire pour les générations qui sont là, dans nos écoles, nos universités. Beaucoup de jeunes s'en rendent compte eux-mêmes", constate-t-elle, remarquant également que ces jeunes gens sont "plein d'enthousiasme et d'idées" pour remédier à cette destruction de la biodiversité.

La montagne d'or en Guyane, "c'est un mauvais projet"

Le président a également émis des réserves quant au projet de mine d'or à ciel ouvert en Guyane qui prévoit l'exploitation d'un site en pleine forêt tropicale. Soutenu par le patronat local et une partie des élus, ce projet "Montagne d'or" est combattu par les associations de défense de l'environnement et les organisations amérindiennes de Guyane.

"C'est un mauvais projet et il faut dire stop", assure Isabelle Autissier au nom du WWF France. "En Guyane, il y a besoin de travail pour les jeunes et c'est l'un des arguments de ce projet. Mais on a fait des études et le minier est le domaine qui a l'un des plus faibles taux de retour sur l'économie guyanaise. Il faut investir sur les industries de demain et non sur celles du passé", conclut Isabelle Autissier.