Mégots, urine... : les amendes pour "incivilités" ont doublé à Paris

  • A
  • A
La nouvelle Direction de la Prévention, de la Sécurité et de la Protection (DPSP), créée en septembre 2016, est actuellement forte de 1.900 agents. © THOMAS COEX / AFP
Partagez sur :

Selon les chiffres de la Ville de Paris, du 1er janvier au 27 septembre 2017, le nombre d'amendes infligées par les agents municipaux pour "incivilités" a augmenté de 118% en un an.

Les amendes infligées à Paris pour "incivilités" ont plus que doublé en un an, a annoncé lundi la maire PS de Paris Anne Hidalgo, grâce à une nouvelle brigade appelée à monter encore en puissance.

65.000 amendes de 68 euros. C'est un "bilan très positif. C'est énorme. Nous voulons faire comprendre à chacun que la ville est notre bien commun et qu'il faut en prendre soin. Et que si on n'est pas très précautionneux, nous sommes là pour les rappeler à l'ordre", a affirmé Anne Hidalgo en inaugurant des locaux de secteur de cette "brigade des incivilités" dans le 15ème arrondissement. Selon les chiffres de la Ville de Paris, du 1er janvier au 27 septembre 2017, le nombre d'amendes infligées par les agents municipaux a été de 65.103, soit une augmentation de 118% en un an. Quelque 90% des amendes infligées s'élèvent à un montant de 68 euros.

Les amendes pour jets de mégots multipliées par sept. Avec des hausses spectaculaires comme celles pour jets de mégots sur le trottoir, multipliées par sept (+731%) et un peu plus de 10.000 verbalisations. Celles pour dépôts d'ordures sauvages ont augmenté de 137% (30.300) et de 115% pour épanchements d'urine (3.500).

Pour une ville "plus sure, plus propre". Paris doit être une ville "plus sure, plus propre", a estimé Anne Hidalgo, les "habitudes des Parisiens évoluent, par exemple la culture du pique-nique, c'est bien, mais laisser les restes c'est devenu une très mauvaise habitude", a-t-elle ajouté en plaidant pour "pédagogie et visibilité". La question de la propreté, pour laquelle la Ville dépense quelque 500 millions d'euros par an, est l'une des principales récriminations des Parisiens.

La brigade renforcée en 2018. La nouvelle Direction de la Prévention, de la Sécurité et de la Protection (DPSP), créée en septembre 2016 et actuellement forte de 1.900 agents, a également pour mission d'assurer la sécurité du quotidien (respect des règlements dans l'espace public, protection des bâtiments, etc). Elle sera renforcée d'ici le 1er janvier avec quelque 1.300 agents de la Préfecture de police qui reviennent dans le giron de la Ville après la réforme du statut de Paris. Leurs tâches actuelles de contrôle des parcmètres seront confiées à des entreprises privées, ce qui avait suscité la polémique.