Marche pour le climat : des milliers de "gilets verts", rejoints par des "gilets jaunes", ont défilé samedi en France

  • A
  • A
"Gilets jaunes" et "gilets verts" ont manifesté d'une même voix samedi en France. © JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :

Une centaine de marches pour le climat ont eu lieu samedi dans l'Hexagone, bien souvent rejointes par des "gilets jaunes", appelant à lutter à la fois contre l'urgence climatique et l'urgence sociale. 

Des milliers de personnes participaient samedi à des marches pour le climat dans plusieurs villes de France, dont une partie portant des gilets jaunes, avec des slogans appelant à lutter dans un même élan contre "l'urgence climatique" et l'urgence sociale. Des marches étaient prévues dans plus de 120 villes en France dans le cadre d'un appel international de dizaines d'associations et syndicats à l'occasion de la Conférence de l'ONU sur le climat qui se déroule en Pologne.

"Gilets jaunes" et verts d'une même voix.À Paris, la marche pour le climat a rassemblé 17.000 personnes selon la police, 25.000 selon les organisateurs, une mobilisation équivalente aux précédentes manifestations environnementales, malgré les craintes liées à l'"acte 4" des "gilets jaunes". Le cortège, parti de Nation, dans l'est de la capitale, est arrivé vers 16h place de la République, et s'est dispersé une heure plus tard. Plusieurs ONG avaient prévu de prolonger l'après-midi avec prises de paroles et concert, mais cette séquence a du être écourtée, faute d'autorisation pour pouvoir installer une scène.

Comme dans d'autres villes de France, les participants ont insisté sur la nécessité de concilier environnement et pouvoir d'achat, plutôt que de chercher à opposer les revendications des "gilets jaunes" à l'action pour le climat. "Gilets jaunes, Gilets verts, on exprime la même colère", ont chanté les manifestants, parmi lesquels on comptait une partie de "gilets jaunes". 

climat paris

©JACQUES DEMARTHON / AFP

10.000 marcheurs à Marseille. La marche marseillaise a pour sa part réunit 10.000 personnes, dont 2.000 "gilets jaunes", selon la préfecture de police. Derrière plusieurs pancartes jaunes et vertes, les marcheurs ont réclamé "une transition écologique et solidaire". "Notre marche est citoyenne et ouverte à tous, beaucoup de 'gilets jaunes' veulent changer le système", observait Boris Kalin, l'un des organisateurs de cette marche. Avant de défiler, les manifestants se sont allongés par terre sur le Vieux-Port, le temps d'un "die in" d'une minute pour le climat.

climat marseille

©BORIS HORVAT / AFP

À Lille aussi, 3.000 personnes ont participé à une marche pour le climat, avant de rejoindre les "gilets jaunes" pour lancer un "appel commun à changer le système". "Aux arbres, citoyens", "On n'a pas de planète B", "la planète avant le profit", pouvait-on lire sur les pancartes brandies par les participants, qui ont déambulé dans le calme. La marche, partie de la Porte de Paris, près du Beffroi de l'hôtel de ville, a ensuite rejoint la place de la République en face de la préfecture, où elle a fait la jonction avec la manifestation des "gilets jaunes".

Des incidents à Nantes. À Nantes, la marche pour le climat a dégénéré et huit personnes ont été interpellées. La manifestation, qui a réuni 3.000 personnes, a été marquée par des jets de projectiles et des dégradations de mobilier urbain. "L'usage de la force a été rendue nécessaire en raison de tentatives de forcer les barrages de police devant la préfecture, de jets de projectiles contre les forces de l'ordre et de dégradations, notamment de mobilier urbain", a indiqué la préfecture de Loire-Atlantique. Vers 16h, plusieurs manifestants non identifiés, chantant la Marseillaise, certains en habits militaires, avaient cherché à provoquer les forces de l'ordre. Celles-ci ont alors répondu par des tirs de lacrymogène pour repousser les manifestants. La manifestation avait été organisée à l'appel des défenseurs du climat et plusieurs "gilets jaunes" s'étaient joints au cortège.