Marche en hommage à Sylvia, tuée par son conjoint : "à deux doigts, j'aurais été pareil"

, modifié à
  • A
  • A
Près de 300 personnes ont défilé en hommage à Sylvia, dimanche matin en Alsace. 1:19
Près de 300 personnes ont défilé en hommage à Sylvia, dimanche matin en Alsace. © AFP
Partagez sur :
Près de 300 personnes se sont réunies à Oberhoffen-sur-Moder, dans le Bas-Rhin, dimanche matin, pour rendre hommage à Sylvia, tuée par son conjoint à coups de couteau il y a une semaine. 
REPORTAGE

Les 300 participants sont venus vêtus de rose, la couleur préférée de Sylvia. Ils ont marché une petite demi-heure de la mairie jusqu'à son domicile, en hommage à cette femme, 131ème tuée par un conjoint ou ex-conjoint en 2019. Sur place, à Oberhoffen-sur-Moder, près de Strasbourg, ils ont déposé des photos, des mots et surtout des roses, une semaine après le meurtre de la mère de famille, poignardée par son compagnon

"Je suis vraiment venu pour soutenir et pour dire stop"

"Je n'accepte pas ce qui s'est passé. Tuer, enlever une vie comme ça...", souffle Jean, dont l'ex-femme était une amie de la victime. "Elle ne méritait pas ça. C'était une fille joyeuse, agréable. Je suis vraiment venu pour soutenir et pour dire stop, il faut arrêter, ce n'est pas normal."

À l'arrière du cortège, Patricia, qui ne connaissait pas Sylvia, a elle aussi été victime de violences conjugales. "Il m'a battue plusieurs fois, je n'ai jamais osé porter plainte", raconte-t-elle. "J'avais toujours honte et je pensais toujours que j'aimais mon mari et que je ne voulais pas lui faire de la peine. Je suis vraiment, vraiment à la place de cette fille. Parce que honnêtement, à deux doigts, j'aurais été pareil"."

Muriel, venue d'une commune voisine avec sa maman et sa sœur, tient à elle à exprimer son "soutien à cette femme, qui est décédée par un crime horrible". "On ne peut pas justifier un tel crime. Dire qu'il s'agit d'un acte d'amour, ce n'est pas possible", martèle-t-elle. Les obsèques de la mère de famille auront lieu samedi prochain. 

Europe 1
Par Charlotte Baechler, édité par Margaux Lannuzel