Manifestations des "gilets jaunes" : Rennes et les villes touchées bénéficieront de 3 millions d'euros

  • A
  • A
L'enveloppe visera à "relancer l'activité commerciale dans les villes particulièrement affectées par les mouvements sociaux".
L'enveloppe visera à "relancer l'activité commerciale dans les villes particulièrement affectées par les mouvements sociaux". © LUDOVIC MARIN / AFP
Partagez sur :
Dans un courrier adressé à la maire de Rennes, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé le déblocage d'une enveloppe de trois millions d'euros pour certaines villes impactées par les manifestations des "gilets jaunes".

Le Premier ministre Édouard Philippe a écrit à la maire socialiste de Rennes Nathalie Appéré pour lui annoncer que sa municipalité, comme toutes celles "particulièrement affectées par les mouvements sociaux", bénéficierait de trois millions d'euros pour relancer son activité en centre-ville.

"En complément des actions des collectivités locales". "J'ai décidé que l'État consacrera trois millions d'euros pour relancer l'activité commerciale dans les villes particulièrement affectées par les mouvements sociaux, afin de faire revenir les clients", a écrit le Premier ministre dans une lettre à Nathalie Appéré, rédigée avant son déplacement à Rennes vendredi. "Ces financements viendront en complément des actions des collectivités locales. La ville de Rennes pourra donc en être bénéficiaire", ajoute Édouard Philippe, qui invite la maire à communiquer à Bercy le plan de relance qu'elle entend mettre en oeuvre avec ses partenaires locaux.

"Au-delà des enjeux sécuritaires, il y a les enjeux économiques". Dans son courrier, Édouard Philippe dit mesurer "l'impact important" des manifestations des "gilets jaunes" qui ont lieu chaque samedi à Rennes depuis le 17 novembre, sur l'activité économique et "la profonde exaspération des commerçants du centre-ville". "Au-delà des enjeux sécuritaires, il y a les enjeux économiques", souligne le Premier ministre, en rappelant que "depuis le début de la crise, le gouvernement a mis sur la table un ensemble de mesures puissantes visant à accompagner les commerçants" : activité partielle, prêts de trésorerie, étalement des charges fiscales jusqu'à vingt mois. 

Des outils débloqués mais "encore trop peu utilisés". Mais "ces outils sont à ce stade encore trop peu utilisés y compris à Rennes", constate le chef du gouvernement qui dit vouloir "inciter l'ensemble des commerçants (à) les mobiliser". Édouard Philippe indique avoir aussi "demandé aux assureurs de garantir une prise en charge rapide et bienveillante des dommages, qui tient compte du contexte et du caractère répété des événements".

À Rennes, 38% des commerçants ont connu jusqu'à 20% de baisse de leur chiffre d'affaires sur la fin 2018 et jusqu'à 40% pour 38% d'entre eux, selon un communiqué de la CCI d'Ille-et-Vilaine, de l'association commerçante "Carré rennais" et l'Union du commerce de Rennes, jeudi. En déplacement la semaine dernière à Bordeaux, l'une des villes les plus touchées par le mouvement des "gilets jaunes", Édouard Philippe était venu rassurer les commerçants. L'idée d'une enveloppe d'environ trois millions d'euros versée à une dizaine de villes ou collectivités territoriales, dont Bordeaux, avait alors été évoquée dans son entourage.