Mamans de Saint-Denis contre les dealers : "On n'a pas assez de moyens", estime la première adjointe à la mairie

  • A
  • A
Partagez sur :
A Saint-Denis, des mamans luttent toujours contre les trafics de drogue aux abords de l’école de leur quartier. L’adjointe à la mairie Jakin Pavilla, dénonce un manque de moyens.
RÉACTION

"On va vous brûler". Voilà le genre de menaces que subissent depuis plusieurs jours des mamans et leur famille depuis qu’elles dénoncent les trafics de drogue dans leur quartier de Saint-Denis. Certains familles ont prévu de déménager. "C’est le monde à l’envers", explique la première adjointe à la mairie de Saint-Denis, Jaklin Pavilla, au micro d'Europe 1.

"La ville va continuer à faire de la prévention". "On ne peut pas laisser les familles dans cette angoisse, dans cette insécurité", estime l’adjointe, qui affirme que la mairie doit "avant tout stopper les trafics, c’est sa responsabilité première". Des mesures ont d’ores et déjà été prises par la municipalité, notamment l’arrivée de 20 policiers supplémentaires pour sécuriser le quartier. Mais ce n’est pas suffisant selon Jaklin Pavilla. "On se réjouit de ces arrivées, mais c’est insuffisant. Sur la question du trafic, il n’y a pas que le quartier où les mamans sont mobilisées, ce doit être partout dans la ville. Pour arriver à le stopper, il faut plus de moyens. Et la ville va continuer à faire de la prévention pour sensibiliser les jeunes à cette question", indique la première adjointe à la mairie de Saint-Denis. 

Europe 1
Par Thomas Vichard