Hypersensible, Kévin s’est éloigné de ses proches : "Je ressens un décalage"

  • A
  • A
Partagez sur :
Les restrictions sanitaires couplées à son hypersensibilité ont conduit Kévin à s’éloigner de ses proches. Il dit se sentir en décalage avec les autres et avoir du mal à accorder sa confiance à de nouvelles personnes. Au micro d’Olivier Delacroix, sur "La Libre antenne", Kévin raconte son sentiment de solitude.
TÉMOIGNAGE

En raison des restrictions sanitaire dues à l’épidémie de Covid-19, Kévin s’est éloigné de ses proches. Il analyse cet éloignement au prisme de son hypersensibilité, développée il y a quelques années. Il se sent depuis en décalage avec son entourage et les personnes de sa génération. Il explique aussi éprouver des difficultés à accorder sa confiance et à se lier aux autres. Au micro de "La Libre antenne", sur Europe 1, Kévin confie à Olivier Delacroix souffrir de cette solitude.

"J’ai 29 ans. C'est la solitude qui m'amène. Le contexte sanitaire dû au Covid-19 a changé mon quotidien, comme pour beaucoup. Ça a beaucoup impacté ma vie sociale. Je fais bien la distinction entre connaissances, potes et amis. J’ai plein de connaissances et de potes, mais des amis, j’en ai très peu. À cause des restrictions et des confinements, je me suis éloigné de beaucoup de personnes. 

Le premier confinement, je l’avais plutôt bien vécu dans la mesure où je suis de nature assez solitaire. Mais le deuxième confinement, même s’il était moins strict, m'a beaucoup impacté. Je me suis isolé et éloigné de tout le monde, parce que j'avais le sentiment de ne pas être compris et de ne pas comprendre mon entourage. J’ai des liens qui se sont coupés à cause de ça. 

" J'ai développé une défiance vis à vis de l'autre "

Il y a quelques années, j'ai développé une hypersensibilité. On ne vit pas les choses différemment, mais d'un point de vue émotionnel, c'est complètement différent. Par exemple, j’ai un ami que j'aime beaucoup, mais on n'est pas du tout en phase. Lui est dans un délire de jeux vidéo, mais moi, pas du tout. Moi, je parle de livres, de culture… Ça crée toujours un décalage. Je ressens ce décalage de plus en plus par rapport aux gens de ma génération. 

Je n’accorde pas une confiance aveugle à tout le monde. Je ne crois pas que ce soit lié à mon hypersensibilité. Je pense que c'est principalement lié à mes expériences relationnelles. Bien que très sociable, je mets du temps à accorder ma confiance, même minime, à quelqu'un. Je peux très bien avoir une discussion assez facilement avec quelqu'un, mais pas me lier et garder contact s'il n'y a pas d'alchimie verbale ou physique. 

J'ai du mal à garder un lien naturel. J'ai développé une défiance vis à vis de l'autre à cause de mon vécu et mon parcours de vie, même si aujourd'hui, ça va très bien à ce niveau-là. J'ai toujours eu beaucoup de mal à accorder ma confiance à autrui. Je suis extrêmement exigeant avec moi-même, mais je prends la personne en face de moi telle qu'elle est, dans toute son enveloppe, sans aucun jugement hâtif de ma part. 

J'aurais tendance à vouloir comprendre pourquoi elle aime telle ou telle chose. J'aime bien prendre le temps pour analyser la personne que j'ai en face de moi. Je ne pense pas que ce soit lié à l'exigence que je porte à autrui. Je suis toujours curieux de découvrir une âme. J'ai conscience que je ne suis pas le seul aujourd’hui à vivre de la solitude, voire à en souffrir. J’écris beaucoup et c'est quelque chose que je retrouve beaucoup dans mes écrits."

Europe 1
Par Léa Beaudufe-Hamelin