Hypersensible aux ondes, Armide vit un véritable calvaire

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Il  y a une dizaine d'années, Armide est devenue hypersensible. Cette maladie insidieuse a depuis totalement bouleversé sa vie : elle s'est coupée de beaucoup d'amis et a même déménagé à l'hôtel, où elle se sent plus protégée. Au micro d'Olivier Delacroix, dans la Libre antenne, elle se confie sur cette maladie.

Armide a 86 ans et vit un véritable calvaire depuis près de dix ans. Cette Guadeloupéenne d'origine, installée à Paris, est hypersensible aux ondes et ne supporte pas "tout ce qui est électromagnétique". Cette maladie vicieuse la coupe d'une vie normale, comme elle l'a expliqué à Olivier Delacroix dans la Libre antenne. Elle témoigne de sa souffrance et de son quotidien très particulier, seule, dans une chambre d'hôtel.

"Je souffre d'hypersensibilité aux ondes et à tout ce qui est électromagnétique. Ça a commencé tout doucement en 2010. Tout doucement, les effets ont commencé à se faire sentir. Quand je me trouvais dans un pièce avec beaucoup de lumière ou beaucoup d'appareils électriques, je ressentais une sorte de déséquilibre, un vertige. Si par exemple quelqu'un manipule un appareil dans la pièce, comme une tablette connectée, ça me fait comme des vertiges, avec des poussées de tension : ça commence à 14 ou 15 et ça va jusqu'à 26. Là, il faut que je quitte la pièce, sortir prendre l'air et se décharger dehors. J'ai comme l'impression que le corps se charge en électricité. Et quand je me retrouve en surcharge, à ce moment-là, c'est comme si ça disjoncte.

Alors je vais dehors, je prends l'air, j'essaie de marcher sur l'herbe. Quand il peut, c'est un peu moindre, quand il fait chaud, ça s'accentue. Je me suis rendue compte récemment qu'au contact du soleil, quand il fait très chaud et que je suis exposée au soleil, je commence à avoir le même ressenti. J'ai eu tellement de symptômes depuis le temps... Je souffre terriblement.

Entendu sur europe1 :
Les ondes, ce n'est pas palpable, ce n'est pas visible, ça n'a pas d'odeur... Mais ça vous pénètre dans le corps, et ça fait un tel dégât

Je me suis retrouvée plusieurs fois aux urgences à l'hôpital. Et qu'est-ce qu'on me dit ? 'Bon, eh bien on va faire baisser la tension', et après on me dit 'rentrez chez vous'. Et chez vous, quand vous êtes au contact d'une personne avec un ou plusieurs appareils, c'est une accumulation d'énergie et d'électricité. C'est à ce moment-là que ça se manifeste. Et là, vous n'y pouvez rien, tout ce dont vous avez envie, c'est qu'on vous comprenne, que quelqu'un essaie de comprendre ou de ressentir les mêmes douleurs pour essayer d'en discuter, parce que vous ne pouvez qu'expliquer ce que vous ressentez. 

Je vais, je viens, de maison en maison, de déménagement en déménagement. Au début, quand la douleur a commencé à monter vraiment crescendo, j'allais chez des amis ou de la famille. Et au fur et à mesure, je me suis rendu compte qu'il y avait une sorte de doute de leur part. Vous savez, les ondes, ce n'est pas palpable, ce n'est pas visible, ça n'a pas d'odeur... Mais ça vous pénètre dans le corps, et ça fait un tel dégât. J'ai fait pas mal de démarches, j'ai frappé à toutes les portes, mais aucune ne s'est ouverte. Et à force, les gens finissent par se dire 'Elle a un problème'. 

J'ai perdu beaucoup d'amis à cause de ça, par leurs réflexions, leur attitude. Vous savez, à un certain moment, la souffrance fait que vous avez l'impression d'être abandonné, on ne vous comprend pas. Vous ne pouvez pas aller au cinéma, vous ne pouvez pas aller au théâtre, vous pouvez aller nulle part. J'ai un portable low-cost, le plus simple, et je peux supporter la télé, à distance, mais il ne faut pas rester devant des heures. 

Entendu sur europe1 :
Je vis à l'hôtel. C'est un grand sacrifice mais je me sens plus protégée
Entendu sur europe1 :
 
Entendu sur europe1 :
 

Depuis un an, je vis à l'hôtel. Ça me coûte une fortune, c'est un grand sacrifice mais je me sens plus protégée. Mais ça dépend des voisins ! Si vous avez des voisins qui ont des iPad ou des appareils sur lesquels ils jouent à des jeux, c'est assez puissant et je ressens les mêmes effets. Depuis que j'y suis, j'ai au moins fait 14 chambres. Quand ça ne va pas, je déménage.

J'ai des packs, que j'ai payé 95 euros, j'ai acheté des pierre shungite et tourmaline, des feuilles d'isolation phonique, une blouse que j'ai commandée à Londres et des rideaux, un chapeau... Mais rien n'y fait ! J'ai vu pas mal de spécialistes. J'ai l'impression que cette maladie est quand même nouvelle. Je rencontre des médecins qui me disent qu'ils n'en ont jamais entendu parler, ce qui prouve qu'il y a encore du chemin.

Europe 1
Par Benoist Pasteau