Guadeloupe : le CHU "partiellement délocalisé" et "partiellement réintégré"

, modifié à
  • A
  • A
Le CHU avait été en partie détruit pas un incendie a priori d'origine humaine fin novembre.
Le CHU avait été en partie détruit pas un incendie a priori d'origine humaine fin novembre. © Helene Valenzuela / AFP
Partagez sur :
Les travaux annoncés par l'ARS pour réhabiliter et réorganiser le CHU, en partie détruit par un incendie a priori d'origine humaine, sont estimés à "52 millions d'euros". 

L'Agence régionale de la santé Guadeloupe a annoncé, mercredi soir, "une délocalisation partielle" et "une réintégration partielle" du CHU, suite à l'incendie du 28 novembre. "C'est un jour important pour nous tous", a souligné Valérie Denux, directrice générale de l'ARS, annonçant la solution choisie pour la "phase 2" du plan de réorganisation du CHU et de l'offre de soins en Guadeloupe. 

Une réhabilitation par zone. La délocalisation totale, initialement privilégiée, a finalement été écartée au profit d'une délocalisation partielle. Le nettoyage et la réhabilitation se feront "par zone". La réintégration des services se fera ensuite "en mode nouveau CHU, de façon à ce qu'on soit prêt dans cinq ans", a précisé la directrice générale de l'ARS, faisant référence à la livraison attendue du nouvel hôpital de la Guadeloupe, à Perrin, aux Abymes.

"La bonne solution pour l'instant". La solution choisie est "la bonne pour l'instant", avec "des ajustements à faire", selon Josette Borel Lincertin, présidente du conseil de surveillance, qui souligne que "la priorité c'est d'expliquer pourquoi, informer, rassurer". "Il n'y a pas de solution idéale" pour Suzy Duflo, présidente de la commission médicale d'établissement : "A un moment donné il faut prendre une décision" et "le tout c'est de passer cette période de transition jusqu'au nouvel hôpital".

"Rien ne va bouger". Pour Mona Hedreville, cardiologue et porte-parole du collectif de défense du CHU, qui prônait une délocalisation totale, "on est toujours dans de la science fiction" et "rien ne va bouger". Elle dénonce des "opérations tiroirs fictives". Les travaux annoncés par l'ARS pour réhabiliter et réorganiser le CHU, en partie détruit pas un incendie a priori d'origine humaine, sont estimés à "52 millions d'euros". Le CHU de la Guadeloupe compte plus de 3.000 salariés.