"Gilets Jaunes" : "Tout l'arsenal du code pénal sera à la disposition des forces de l'ordre", prévient David Le Bars

  • A
  • A
David Le Bars 1280
David Le Bars a prévenu que chaque personne avec un "ustensile type boule de pétanque ou grenade artisanale peut faire l'objet de garde à vue". © LUDOVIC MARIN / AFP
Partagez sur :

Au micro de Patrick Cohen, David Le Bars, secrétaire général du syndicat des commissaires de la Police Nationale a prévenu que chaque personne avec un "ustensile type boule de pétanque ou grenade artisanale peut faire l'objet de garde à vue".

INTERVIEW

"Notre nouveau dispositif fonctionne". Invité de Patrick Cohen samedi  à l'occasion d'une émission spéciale "acte 4", David Le Bars, secrétaire général du syndicat des commissaires de la Police Nationale est revenu sur le dispositif inédit mis en place par les forces de l'ordre ce samedi, 89.000 hommes mobilisés dont 8.000 à Paris, mais également sur l'arsenal pénal mis en place, alors qu'à 13 heures les derniers chiffres disponibles faisaient état de 554 interpellations et 335 gardées à vue.

Jusqu'à 15.000 euros d'amende. "Sur ce dispositif, maintenant que les manifestants sont 'maintenus' dans un secteur déterminé, ça permet de procéder à de nombreux contrôles et d'écarter tous ceux venus avec des armes par destination et de les mettre à la disposition de la justice", explique David Le Bars au micro d'Europe 1. Pour ce faire, les forces de l'ordre se réfèrent à un article du code pénal en particulier, le 222-14-2. "Le fait pour une personne de participer sciemment à un groupement, même formé de façon temporaire, en vue de la préparation caractérisée par plusieurs faits matériels, violences ou dégradations contre les personnes ou de destructions ou dégradations de biens est puni d'un an d'emprisonnement et de 15.000 euros d'amende.", détaille le secrétaire général.

"L'arsenal à disposition". "Quand on prend l'exemple de ce que l'on voit ce matin, tous ceux qui sont venus avec un ustensile type boule de pétanque ou grenade artisanale peuvent faire l'objet de garde à vue", prévient-t-il. De même, "tous ce qui se regroupent, qui commencent à s'équiper de masque à gaz, de tenues particulières et qui ont un comportement a priori inadapté peuvent faire l'objet de ce contrôle et de l'application de cet article", avance-t-il, avant de conclure : "Aujourd'hui, tout l'arsenal du code pénal sera à la disposition des forces de l'ordre pour monter des procédures judiciaires adéquates".