Fusillade à Strasbourg : Castaner annonce le passage de la France au niveau "urgence attentat" du plan Vigipirate

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Lors d'un point sur la fusillade de Strasbourg, dans la nuit de mardi à mercredi, le ministre de l'Intérieur a également annoncé le renforcement des contrôles sur "l'ensemble des Marchés de Noël" de France.

Quelques heures après la fusillade en plein centre-ville de Strasbourg, mardi soir, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a annoncé le passage de la France au niveau "urgence attentat" du plan Vigipirate, tout en indiquant un bilan de trois morts et treize blessés.

Opération Sentinelle renforcée. Lors d'une allocution de quelques minutes, le ministre a indiqué depuis Strasbourg qu'il y aurait "des contrôles renforcés aux frontières" et "sur l'ensemble des Marchés de Noël en France pour éviter le risque de mimétisme". Un renforcement de l'opération Sentinelle a également été acté.

"Moyens supplémentaires en cours d'acheminement". Plus spécifiquement sur la situation à Strasbourg, Christophe Castaner a indiqué que 350 personnes étaient "mobilisées sur le terrain", avec 100 personnes de la police judiciaire sur place. Deux hélicoptères survolent la ville alsacienne, alors que d'autres forces de l'ordre (Raid, BRI et militaires de l'opération Sentinelle) sont également à la recherche du tireur, toujours activement recherché. "Des moyens supplémentaires sont en cours d'acheminement sur Strasbourg", a-t-il ajouté.

Pas de manifestations à Strasbourg mercredi. "Le quadrillage de la ville" est renforcé, a-t-il indiqué, tandis que le confinement des personnes dans la ville est levé. Un arrêté a aussi été pris, visant à "interdire les manifestations programmées demain" [mercredi, NDLR]. Du côté des établissements scolaires, les écoles, collèges, lycées de l'agglomération strasbourgeoise seront ouverts, mais "les parents qui le souhaitent peuvent garder les enfants", a poursuivi Christophe Castaner. La situation des établissements scolaires a été précisée peu après par la Place Beauvau, le ministère de l'Éducation nationale et l'académie de Strasbourg, sur Twitter.