Enquête ouverte après la mort d'un bébé examiné deux fois à l'hôpital de Cayenne

, modifié à
  • A
  • A
Le bébé s'st vu prescrire par deux fois des médicaments aux urgences. (Photo d'illustration). © OLIVIER LABAN-MATTEI / AFP
Partagez sur :

Un nourrisson a été conduit deux fois aux urgences de l'hôpital de Cayenne, en Guyane, samedi et dimanche soir, avant de décéder lundi à son domicile. 

Une enquête judiciaire a été ouverte suite à la mort d'une petite fille de sept mois en Guyane, le jour de Noël, après deux passages aux urgences de l'hôpital de Cayenne, a indiqué jeudi le parquet. Selon le père du bébé, lui-même et sa compagne s'étaient rendus préalablement à deux reprises aux urgences de l'hôpital de Cayenne avec leur bébé malade.

"Ma fille avait de la fièvre, 38,7° samedi soir, et j'entendais un ronronnement au niveau de ses bronches. Nous sommes rendus aux urgences de l'hôpital de Cayenne (…) de minuit samedi à 5 heures dimanche. Puis on nous a dit qu'on pouvait partir, avec une ordonnance prescrivant de l'Aerius, du Celestène et du Doliprane", a raconté à l'AFP Douglas Khan, le père âgé de 22 ans.

Une seconde prescription. "Cela n'allait pas mieux et nous y sommes retournés dimanche soir vers 20 heures. À minuit environ, on nous a libérés avec une ordonnance de Ventoline", a-t-il poursuivi. "À la seconde venue des parents et du bébé à l'hôpital, un masque à oxygène a été utilisé pour aider l'enfant à respirer", a précisé l'avocat de la famille, Me Akim El Allaoui. "Devait-on laisser partir de l'hôpital un bébé sous détresse respiratoire ?", s'est-il interrogé. Lundi matin, le père de famille dit avoir entendu sa fille tousser, l'avoir trouvée "toute molle" et l'avoir "immédiatement conduite" chez les pompiers près de son domicile.

Un pompier et le Samu tentent de la ranimer. Un pompier a porté les premiers secours, avant d'appeler le Samu, qui a aussi tenté de ranimer l'enfant avant de la conduire aux urgences, a expliqué le jeune père. L'hôpital de Cayenne a simplement indiqué dans un communiqué mercredi soir que le décès du "nourrisson a été constaté le 25 décembre par les équipes des urgences". Une autopsie devait avoir lieu jeudi après-midi (en soirée, heure de Paris), selon l'avocat. Dans un communiqué, l'Agence régionale de santé indique avoir diligenté une "enquête administrative" pour "apprécier les modalités de prise en charge du jeune patient" à l'hôpital.