Ecoles de Brigitte Macron : "Si on garde ses connaissances pour soi, c'est de l'égoïsme", affirme Bernard Pivot

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Dans la matinale d'Europe 1, Bernard Pivot s'est réjoui de l'ouverture de la première école de Brigitte Macron pour adultes sans diplômes.
INTERVIEW

Brigitte Macron lance une école en banlieue, "l’Institut des Vocations" pour des adultes non diplômés. Dans ce premier établissement d'un nouveau genre installé à Clichy-sous-bois, la rentrée, c’est lundi matin. L'occasion pour Europe 1 de faire un point sur l'importance de la transmission des connaissances avec Bernard Pivot. 

S'il avoue "ne pas connaître grand chose" aux écoles que compte fonder la première dame, le président de l'Académie Goncourt est séduit par l'idée de transmettre à des adultes qui n'ont aucun diplôme. "Il faut savoir transmettre à ceux qui n'ont pas eu la chance de faire des études, à ceux qui ont de la curiosité pour les choses de la culture et de l'esprit", affirme-t-il au micro d'Europe 1. "Si on garde ses connaissances pour soi, c'est de l'égoïsme". 

Bernard Pivot ne sera pas prof dans l'école de Brigitte Macron

Dans cette école, Brigitte Macron devrait donner quelques cours de lettres, sa spécialité, mais également faire appel à d'autres personnalités, comme le chef Thierry Marx. Un avantage de plus pour apprendre selon Bernard Pivot : "C'est mieux d'avoir des gens compétents pour transmettre le savoir, et s'il s'agit de quelqu'un de célèbre, ils peuvent impressionner les élèves qui pourront donc être plus attentifs", avance le journaliste. Quant à savoir si lui-même a été contacté par la première dame pour dispenser quelques heures de cours : "pas du tout", assure-t-il. 

Europe 1
Par Ugo Pascolo