Collision au large de la Corse : dépollution prioritaire, 120 m3 pompés

, modifié à
  • A
  • A
Jusqu'ici, toute tentative de désincarcération du bateau tunisien a échoué. © FRENCH MARINE NATIONALE / AFP
Partagez sur :

"La première priorité est la dépollution", a insisté le ministre de la Transition écologique François de Rugy, mercredi, trois jours après la collision entre deux navires au large de la Corse.

Les opérations de dépollution, "première priorité" après la collision dimanche de deux navires au large de la Corse, ont déjà permis de pomper 120 m3 de fuel, a indiqué mercredi le ministre François de Rugy, ajoutant que "des moyens supplémentaires" sont dépêchés pour la désincarcération.

La nappe "dérive vers le nord". "La première priorité est la dépollution, et d'ores et déjà plus de 120 m3 (sur environ 200 au total, ndlr) ont été pompés de ce produit sorti des soutes du porte-conteneurs, qui est du fuel de propulsion, mélange d'un produit léger et d'un produit un peu plus lourd", a dit le ministre de la Transition écologique et solidaire lors de la séance de questions à l'Assemblée nationale. Les opérations "se poursuivent, même si c'est rendu un peu plus difficile par le fait que la nappe a tendance à s'étaler", a-t-il ajouté, précisant qu'elle "dérive vers le nord", s'éloignant des côtes corses.

Huit bateaux sur place. Huit bateaux, quatre français et quatre italiens, sont sur place pour mener l'ensemble des opérations, a ajouté François de Rugy, qui s'y est rendu en début de semaine, saluant "la coopération franco-italienne pour la protection de la Méditerranée".