Cinq ours noirs d'Asie, espèce en danger, sauvés en une journée au Laos

, modifié à
  • A
  • A
En Asie, notamment en Chine, des milliers d'ours sont immobilisés dans d'étroites cages, l'abdomen perforé par un cathéter ou une fistule reliée à leur vésicule biliaire afin de leur prélever de la bile
En Asie, notamment en Chine, des milliers d'ours sont immobilisés dans d'étroites cages, l'abdomen perforé par un cathéter ou une fistule reliée à leur vésicule biliaire afin de leur prélever de la bile
Partagez sur :
Cinq oursons noirs asiatiques, ont été récupérés la semaine dernière et placés dans un refuge.

C'est une espèce en danger. Cinq oursons noirs asiatiques, emprisonnés dans des cages au Laos, ont été récupérés la semaine dernière et placés dans un refuge, a fait savoir lundi l'ONG "Free the bears".

D'après l'ONG, il s'agit du plus important sauvetage opéré en une journée par l'association, basée en Australie, depuis sa création en 1995.

Les ours "se portent bien"

Ils étaient retenus dans la province de Luang Namyha, une région reculée du pays près de la frontière chinoise. Trois se trouvaient dans une usine de fabrique de papier, deux autres dans une plantation de manioc et le dernier chez des particuliers.

Les oursons étaient faibles car ils avaient été surtout nourris avec de la bouillie de riz, mais ils "se portent bien", a déclaré Rod Mabin le porte-parole de l'ONG, qui a déjà sauvé onze ours cette année au Laos. Les oursons vont rester en quarantaine pendant un mois dans un refuge de Luang Prabang, puis ils seront placés dans un enclos.

La bile des ours revendues à prix d'or

En Asie, notamment en Chine, des milliers d'ours sont immobilisés dans d'étroites cages, l'abdomen perforé par un cathéter ou une fistule reliée à leur vésicule biliaire afin de leur prélever de la bile. Cette dernière est revendue à prix d'or pour les nombreuses qualités thérapeutiques qu'on lui prête, souvent à tort. Elle est notamment censée aider à réguler le cholestérol ou à dissoudre les calculs biliaires et rénaux.

Le Vietnam et le Laos ont interdit cette pratique, mais, malgré cela, ce commerce lucratif persiste. L'espèce est aussi en danger en raison de la réduction de son habitat. Le Laos, frontalier de la Chine et du Vietnam, est une plaque tournante dans le commerce mondial de la faune sauvage.