Après un été 2017 dévastateur, la France est "prête" pour la saison des feux de forêt, assure Collomb

, modifié à
  • A
  • A
"Nous sommes prêts à faire face aux feux de forêts" a assuré le ministre, en déplacement dans le Var.
"Nous sommes prêts à faire face aux feux de forêts" a assuré le ministre, en déplacement dans le Var. © BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :
L'été 2017 a été marqué par les plus importants incendies depuis 15 ans. L'an dernier, quelque 24.500 hectares sont partis en fumée.

Après un été 2017 marqué par les plus importants incendies  depuis 15 ans, la France est "prête" à affronter une nouvelle saison de feux de forêt, a assuré vendredi le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. "Nous sommes prêts à faire face aux feux de forêts que cette région, que tout le Sud du pays, va devoir affronter dans les jours et semaines à venir", a déclaré le ministre, à Draguignan, dans le Var, à l'occasion du lancement de la campagne de lutte contre les feux de forêt, avec la secrétaire d'Etat à la Transition écologique et solidaire, Brune Poirson.

Recrudescence des feux. En 2017, quelque 24.500 hectares sont partis en fumée, loin du chiffre noir de 2003, année de la grande canicule, durant laquelle 73.000 hectares avaient brûlé. Mais l'été dernier a toutefois marqué une nette recrudescence des feux, avec des surfaces brûlées similaires à celles des années 1990 et a représenté "la plus importante saison de feux de forêt depuis 15 ans", selon Gérard Collomb. Le feu le plus important de l'été 2017 est parti de la commune d'Olmeta en Haute Corse, le 24 juillet, où un incendie a dévasté 2.260 hectares.

Mobilisations de ressources humaines. Fortes chaleurs et sécheresse, vents forts et tourbillonnants ont favorisé la propagation de ces incendies. Si l'homme est souvent à l'origine de ces sinistres, il s'agit le plus souvent d'actes involontaires, conséquences d'imprudence, a relevé le ministre. Gérard Collomb a cependant envoyé un message de fermeté à l'égard des auteurs d'acte de malveillance, rappelant qu'en 2017, 72 personnes avaient été mises en cause par les services enquêteurs.  Le ministre a mis en avant la stratégie nationale française basée sur la mobilisation d'importantes ressources humaines, la prévention, une détection précoce des incendies et une "attaque initiale massive".