André et sa compagne sont aveugles, l’arrivée de son chien guide affecte leur couple

  • A
  • A
Partagez sur :
La potentielle arrivée du chien guide d’aveugle d’André trouble sa relation amoureuse. Il devrait rester dans son appartement, alors que sa compagne, aussi non-voyante, veut déménager. Au micro de "La Libre antenne", André explique que sa compagne craint surtout qu’il la délaisse si ce chien lui est remis.
TÉMOIGNAGE

André et sa compagne sont non-voyants. Avant qu’André ne fasse sa rencontre, il avait fait une demande de chien guide d’aveugle qui vient d’aboutir. Mais la potentielle arrivée de ce chien trouble son couple. Sa compagne veut déménager prochainement, mais avec l’arrivée du chien, André ne pourra pas le faire avant plusieurs mois, le temps que la relation avec son chien soit bien établie. Selon lui, sa compagne craint également qu’il la délaisse si l’animal lui est remis. Sur "La Libre antenne" d’Europe 1, André confie avoir l’impression de devoir choisir entre le chien et sa compagne.

"Je suis déficient visuel. J'ai déménagé d'un petit village pour habiter dans une grande métropole au mois d'août 2019. Au mois de janvier 2020, j'ai fait une demande de chien guide. J'étais célibataire. J'ai très envie d’avoir un chien guide. J’étais tellement content que ma demande soit acceptée, que je me suis dit que je devais arrêter d’y penser, autrement j’allais devenir fou. J’y pensais tout le temps. J’ai fini par me dire que ça viendra, quand ça viendra. Alors, je n’y pensais plus. J'ai récemment reçu un appel m’informant qu’il y avait un chien qui pouvait me correspondre.

Parallèlement à cette demande, j'ai fait une rencontre amoureuse au mois de septembre 2020. C’est une fille qui est non-voyante. Elle souhaiterait un chien guide, mais ce n’est pas sa priorité pour le moment. Elle est venue dans cette métropole pour faire des études qu’elle a finies. Elle souhaite repartir dans sa région d’origine prochainement. On a le projet d’avoir un enfant ensemble. Je vis chez elle depuis le mois de janvier, mais j’ai toujours mon appartement. On compte déménager ensemble bientôt. 

" J'ai l'impression de faire passer le chien avant ma relation amoureuse "

J'ai un choix à faire et je suis perdu. Si je prends ce chien, je ne pourrai pas déménager avant six mois ou un an. On peut déménager et faire beaucoup de choses avec un chien, mais il faut que le chien me connaisse bien, et moi aussi. Il faut que la relation avec l’animal soit bien établie. Si je choisis de prendre le chien, j'ai l'impression que je le fais passer avant ma relation amoureuse. Ma compagne n’a pas envie d'accueillir le chien chez elle et qu’il entre dans son quotidien puisqu’ici, ce n’est pas chez elle définitivement.

Elle m’a dit que si je choisissais le chien, c’était à moi de l'assumer. Je serai forcément moins disponible. Il faudrait que je sois plus présent à mon domicile, parce que le chien doit marcher dans mon secteur, là où je réside. Il y a des parcours que je fais souvent et des quartiers que je fréquente beaucoup. Donc, si je choisis le chien, pendant les six premiers mois, je devrai lui accorder plus d’attention et de vigilance.

" Si j’ai le chien, on va peut-être s’éloigner "

Sa priorité à elle, c’est de fonder une famille. Elle ne souhaite pas s’investir dans cette ville et ce secteur. Elle m’a dit que quand on vivra ensemble dans une nouvelle région, on pourra faire chacun une demande de chien. Elle m’a dit, en revanche, que si j’acceptais le chien et qu’elle partait, elle serait d’accord pour que je reste ici. Elle a ajouté qu’elle ne voulait pas choisir à ma place et que c’était à moi de faire mes choix en connaissance de cause. 

Si j’ai le chien, on va peut-être s’éloigner. Je serai moins présent pour elle, parce que mon attention sera plus focalisée sur lui. J’aurai ma relation à construire avec le chien. Elle a peur de se sentir délaissée. Elle dit que l'accueil d'un chien guide dans une relation de couple naissante peut la fragiliser. Si je n’arrive pas à la convaincre, c’est que ce n’est peut-être pas la bonne relation. J’ai envie d’espérer et d’y croire. C’est une épreuve et si on la surmonte, on ne pourra être que plus forts.

Je dois me positionner. Je dois dire au centre très prochainement si je prends le chien ou pas. La personne avec qui j’ai eu un entretien m’a dit que quand on a le chien, on doit s’investir à 100%. Il faut être sûr de ce qu’on veut. J’ai envie de prendre le chien, mais j’ai peur de perdre ma relation. Je n’ai pas eu beaucoup de relations amoureuses dans ma vie. Je me dis que je pourrai prendre un autre chien plus tard, alors qu’une relation amoureuse, c’est moins évident à construire. C’est ça qui me fait beaucoup hésiter. C’est un choix cornélien. 

Quand j’ai fait cette demande, j’étais célibataire, je ne pensais pas rencontrer quelqu’un. J'ai l'impression d'avoir deux situations extraordinaires qui s'offrent à moi et de devoir choisir entre l'une ou l'autre. Je comprends qu’elle puisse avoir des craintes et des peurs. Je vais la rassurer et lui dire que ça se passera bien, que l’amour se partage. Si je choisis de ne pas le prendre, je ne pourrai pas dire que c’est à cause d’elle. Elle m’a dit : ‘Fais ton choix et tu verras ce qu’il se passe ensuite’. Il faut choisir avec le cœur et non la peur."

Europe 1
Par Léa Beaudufe-Hamelin