Alsace : deux plaintes déposées contre le Samu

, modifié à
  • A
  • A
Les familles ont porté plainte pour non-assistance à personne en danger.
Les familles ont porté plainte pour non-assistance à personne en danger. © AFP
Partagez sur :
Selon les plaignants, la gravité des situations n'a pas été prise en compte par les médecins régulateurs. Un décès est à déplorer.

Deux plaintes ont été déposées cette semaine auprès du parquet de Mulhouse contre le Samu, comme le révèle les Dernières nouvelles d'Alsace. Contrairement à l'affaire Naomi Mussenga, ce ne sont pas des moqueries qui sont en cause, mais un mauvais diagnostic du médecin régulateur. 

Embolie pulmonaire grave. Le 1er octobre dernier, un mulhousien octogénaire, victime d'un accident de bus qui lui a écrasé la cuisse, appelle le Samu car il ressent de fortes douleurs. Le médecin régulateur estime de son côté qu'il s'agit d'une phlébite et l'oriente vers SOS médecin, tout en précisant qu'il faudra attendre ... six heures. Lors de l'échange avec le médecin, on ne lui précise pas qu'il ne faut pas bouger et on ne lui envoie pas d'ambulance.

La douleur étant trop forte, il se rend finalement à pied jusqu'à une maison médicale où on lui diagnostic une phlébite et une embolie pulmonaire grave. Son état s'aggrave rapidement et il décédera trois semaines plus tard. La famille a déposé plainte pour non assistance à personne en danger pour obtenir des explications. 

Séquelles après l'opération. La seconde plainte a été déposée cette semaine. En mai 2016, Christophe Musslin est tenaillé par de fortes douleurs à la poitrine. Au Samu, on conseille au quadragénaire de prendre du paracétamol et de se recoucher. Il rappelle le même médecin régulateur à deux reprises mais l'ambulance ne vient pas. Il décide finalement de se rendre lui-même aux urgences en voiture où il est immédiatement opéré par un cardiologue pour un infarctus du myocarde.

L'opération lui a sauvé la vie mais il en garde désormais des séquelles. Christophe Musslin a finalement eu un entretien avec le médecin régulateur qui, ce jour-là, devait gérer les appels de deux départements. Le médecin, très affecté, a finalement quitté la régulation. Le quadragénaire a décidé de porter plainte contre le Samu.