Agression de deux surveillants par un détenu radicalisé : un rapport pointe des failles à Condé-sur-Sarthe

, modifié à
  • A
  • A
Les rapporteurs ont découvert l'absence de contrôle des marchandises, notamment alimentaires, entrant dans la prison de Condé-sur-Sarthe.
Les rapporteurs ont découvert l'absence de contrôle des marchandises, notamment alimentaires, entrant dans la prison de Condé-sur-Sarthe. © AFP
Partagez sur :
Nicole Belloubet va être entendue par l’Assemblée mardi, concernant l’agression de deux surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe par un détenu. Salomé Legrand a pu consulter pour Europe 1 le rapport commandé par la ministre à ce sujet.

Y a-t-il eu des failles dans la prison de Condé-sur-Sarthe ? A la suite de l’attaque au couteau de deux surveillants par un détenu radicalisé et sa compagne début mars, la garde des Sceaux, Nicole Belloubet, va être entendue par la Commission des Lois de l’Assemblée nationale mardi après-midi. Elle avait commandé, dans cette perspective, un rapport de l’Inspection générale des services judiciaires. Salomé Legrand a pu en consulter les conclusions pour Europe 1.

Aucun contrôle des marchandises entrant dans l'établissement. Le document formule 37 recommandations, depuis la petite amélioration technique jusqu'au gros changement organisationnel. Côté sécurité, les rapporteurs ont identifié plusieurs zones de la prison à couvrir avec des caméras de vidéosurveillance, et ont découvert l'absence de contrôle de toutes les marchandises, notamment alimentaires, qui rentrent dans l'établissement. Un tunnel à rayons X doit être installé rapidement.

>> De 5h à 7h, c’est "Debout les copains" avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

Mais le vrai point noir concerne la mauvaise organisation du dialogue entre, d'un côté, les agents du renseignement pénitentiaire, et, de l'autre, le reste des intervenants en détention. Les informations rassemblées par les uns et les autres sur ce détenu radicalisé et pourtant très suivi ont été trop peu exploitées, certaines remontées trop banalisées. Le ministère est donc en train de formaliser une procédure d'échange d'informations.

Le détenu à l'isolement à Vendin-le-Vieil. En attendant, l'auteur de l'attaque, blessé à la mâchoire et au cou dans l'assaut du Raid, n'a toujours pas été entendu. Il est trop faible, et dans l'incapacité de parler. Sorti de l'hôpital il y a dix jours, il est maintenant détenu dans le Pas-de-Calais à la prison de Vendin-le-Vieil, à l'isolement le plus complet. Les deux surveillants blessés n'ont pas encore pu reprendre le travail et sont suivis par un psychologue.