Adolescent tué à Bondy : deux frères de 17 et 27 ans mis en examen et placés en détention

, modifié à
  • A
  • A
© AFP
Partagez sur :
Deux frères de 17 et 27 ans ont été mis en examen et placés en détention, a annoncé le parquet de Bobigny lundi soir, après la mort d'un adolescent de 15 ans à Bondy en Seine-Saint-Denis vendredi. Identifiés par des témoins, ils s'étaient présentés aux services de police samedi et avaient été placés en garde à vue.

Deux frères de 17 et 27 ans ont été mis en examen et placés en détention provisoire lundi pour l'assassinat d'un adolescent de 15 ans à Bondy, en Seine-Saint-Denis, tué par balle vendredi dans une maison de quartier, a-t-on appris auprès du parquet de Bobigny.

Un "différend" depuis près d'un an

Les deux frères, identifiés par des témoins, s'étaient présentés aux services de police samedi et avaient été placés en garde à vue. "Un différend opposait la victime et ses agresseurs depuis près d'un an sans que l'origine ne soit, pour l'heure, connue", avait indiqué le parquet samedi dans un communiqué, se refusant lundi à tout autre commentaire. Aymane, jeune boxeur à l'avenir prometteur, a été tué vendredi après-midi alors qu'il se trouvait à l'intérieur de la maison de quartier Nelson Mandela.

Après une première altercation plus tôt dans la journée, les deux agresseurs présumés étaient revenus sur place en scooter. Le passager arrière, porteur d'une arme, avait tiré dans l'entrebâillement de la boîte aux lettres, blessant mortellement le mineur à la poitrine. Ce meurtre est intervenu après la mort, les 22 et 23 février, de deux adolescents de 14 ans dans un autre département francilien, l'Essonne, où une fille et un garçon ont été poignardés lors de rixes entre jeunes de bandes rivales.

Une marche blanche mercredi

Lundi, lors d'une conférence de presse, le maire LR de Bondy, Stephen Hervé, a lancé un "message d'apaisement et de fraternité" et annoncé que la ville allait se constituer partie civile. Une marche blanche a été annoncée mercredi après-midi à l'appel de la mairie et du club de boxe de la ville, où l'adolescent était décrit comme "une graine de champion".