"Madame Figaro" contre Mme Figaro

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Une institutrice, auteur du blog "La Classe de Mme Figaro", a été contrainte de modifier le nom de son blog après avoir reçu une mise en demeure de la marque de presse Madame Figaro, qui l'accusait de "contrefaçon de marque", rapporte Lemonde.fr. Sur son blog, l'enseignante, dont le nom est bien Mme Figaro, poste des contenus en rapport avec son métier : idées d'activités, jeux mathématiques, vidéos pour apprendre les jours de la semaine en anglais, a-t-elle expliqué à Rue89

Devant la menace du groupe de presse, elle a rebaptisé son blog "Les Chantiers de l'apprentissage". L'affaire a suscité de nombreux commentaires d'internautes, notamment sur la page Facebook du groupe Le Figaro.

En début de soirée, une réaction a été publiée sur le compte officiel du magazine féminin, assurant que contact allait être pris "directement" avec l'institutrice pour "trouver comment vivre notre homonymie dans la bonne humeur".

 La réponse de Madame Figaro à Madame Figaro, publiée jeudi : 

"La Direction de Madame Figaro regrette le malentendu survenu entre le groupe et Madame Elise Figaro.
La Direction juridique du Groupe a pour mission de protéger la marque Figaro dans toutes ses utilisations ainsi que les contenus de ses publications.
Dans le cas présent, elle n’a fait qu’appliquer une procédure systématique visant à empêcher qu’une confusion ne s’installe dans l’esprit du public, via un ultime courrier d’avocat, qui dans ses termes, a pu paraître trop directif.
En aucun cas il n’a été demandé à Madame Elise Figaro de modifier le contenu de son blog. Le groupe Figaro a seulement souhaité que son prénom soit ajouté.
Nous sommes navrés de cet incident et comprenons que la mise en demeure dont son blog a fait l’objet ait pu la heurter.
Nous avons pris contact dès hier avec Madame Elise Figaro pour trouver une solution qui permette aux deux marques homonymes de cohabiter sereinement.
Si Madame Elise Figaro le souhaite, nous serons heureux de lui ouvrir une tribune libre sur notre site."