La mise en examen de Tron requise

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Le parquet d'Evry a requis une mise en examen pour viols de Georges Tron ainsi que son placement sous contrôle judiciaire. "Cette enquête a permis de recueillir des éléments à charge et à décharge. En ayant procédé à une analyse minutieuse de ces témoignages, j'ai estimé qu'il y avait suffisamment d'éléments pour ouvrir une instruction" à l'encontre de l'ex-ministre Georges Tron, a affirmé mercredi Marie-Suzanne Le Quéau, procureure d'Evry.

L'information judiciaire a été ouverte mercredi contre Georges Tron, déféré à la mi-journée au parquet d'Evry, pour viols et agressions sexuelles en réunion ainsi que viols et agressions sexuelles par personne ayant autorité.

Georges Tron conteste avec force les accusations de viols et d'agressions sexuelles qui sont portées contre lui. "Il conteste toute relation sexuelle avec les victimes même consentantes", a précisé la procureure d'Evry en précisant que les témoignages "sont cohérents" et qu'ils ont été "corroborés par des éléments extérieurs".

Enfin, Marie-Suzanne Le Quéau a ajouté que "les instructeurs ont été saisis du témoignage d'une troisième femme qui n'a pas souhaité porter plainte".

La mise en examen d'une collaboratrice de Georges Tron, la maire-adjointe de Draveil, Brigitte Gruel, a également été requise.