Coronavirus : plus de 35.000 nouveaux cas, les indicateurs se dégradent

, modifié à
  • A
  • A
Près de 3.500 personnes sont actuellement en réanimation en France.
Près de 3.500 personnes sont actuellement en réanimation en France. © Ali AL-DAHER / AFP
Partagez sur :
La situation sanitaire continue de se dégrader, avec plus de 35.000 nouveaux cas en 24h et près de 3.500 patients en réanimation. Pendant ce temps, les commerçants multiplient les initiatives pour continuer de rester ouverts. En Europe, l'Angleterre et l'Autriche vont se reconfiner totalement, le Portugal partiellement. Suivez en direct l'évolution de la situation.
L'ESSENTIEL

Les mauvais chiffres se succèdent sur le front sanitaire. La France a enregistré plus de 35.000 nouveaux cas de coronavirus en 24h, alors que près de 3.500 patients sont en réanimation. Au deuxième jour du reconfinement, la vie s'est nettement ralentie dans le pays mais, dans le même temps, les commerces indépendants ont protesté contre leur fermeture en raison de leur caractère non-essentiel. Amazon a retiré ses promotions pré-Black Friday, à la demande du gouvernement. 

La pandémie continue également de sévir en Europe, où les gouvernements multiplient les restrictions. L'Angleterre et l'Autriche vont ainsi se reconfiner totalement, et le Portugal partiellement. Suivez en direct l'évolution de la situation.

Les informations principales à retenir :

  • Plus de 35.000 nouveaux cas en 24h, près de 3.500 personnes sont en réanimation
  • La France entame son premier week-end de confinement
  • Amazon suspend ses promotions pré-Black Friday, annonce le gouvernement
  • L'Angleterre et l'Autriche se reconfinent totalement, le Portugal partiellement 

Plus de 35.000 nouveaux cas, presque 3.500 personnes en réanimation

La situation sanitaire continue de se dégrader en France. 35.641 nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés en 24h, selon le dernier bilan des autorités publié samedi soir. Le taux de positivité des tests continue de grimper, avec 20,2%. 36.788 personnes sont mortes du coronavirus dans le pays, dont 224 en une journée. 

Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés en réanimation ou en soins intensifs s'élevait lui à 3.443, avec 339 nouvelles admissions depuis la veille, selon les chiffres de Santé publique France. En tenant compte des sorties, le nombre de patients du Covid-19 actuellement en réanimation a augmenté de 75 depuis vendredi.

Le nombre de personnes hospitalisées était lui de 23.013, contre de 22.153 vendredi (+860). Les hôpitaux ont accueilli sur les dernières 24H 2.274 patients malades du Covid. Le nombre de lits de réanimation, déjà relevé de 5.100 à 5.800 après la première vague épidémique, était monté à 6.400 en début de semaine et devrait bientôt dépasser 7.000, selon le ministre de la Santé Olivier Véran.

Un confinement moins dur (et moins respecté ?)

Le confinement allégé a pris effet dans la nuit de jeudi à vendredi. Prévu "a minima" jusqu'au 1er décembre, il est plus souple que celui de mars-avril. "La traversée de Paris ce [vendredi] matin ressemblait plus à un jour ordinaire qu'à un premier jour de confinement", selon les mots du directeur général de l'AP-HP (Assistance publique - Hôpitaux de Paris), Martin Hirsch, sur Twitter. Europe 1 a pu le constater dans les rues de Paris. Sur Europe 1, Bruno Mégarbane, chef du service de réanimation à l’hôpital parisien Lariboisière, estime qu'"on pourrait avoir un échec" du confinement.

Comme lors du premier confinement, les dérogations sont possibles pour faire ses courses, aller chez le médecin, mais aussi prendre l'air pendant "une heure maximum" et dans "un rayon d'un kilomètre du domicile". L'amende restera de 135 euros en cas de défaut d'attestation temporaire. Des "attestations permanentes" peuvent être délivrées par les entreprises et les écoles. On vous explique dans cet article ce qu'il est possible et impossible de faire ce week-end.

La colère monte chez les commerçants

La fermeture des commerces jugés non-essentiels a provoqué une bronca chez de nombreux commerçants, dont les libraires, furieux que de grandes enseignes restent ouvertes et de la concurrence des plate-formes de vente en ligne. Face à la polémique, la Fnac-Darty a annoncé vendredi fermer "l'ensemble des rayons culture" de ses magasins, "dans un souci de responsabilité". Et le gouvernement a annoncé dans la soirée que les rayons livres et culture des grandes surfaces alimentaires et spécialisées seraient "momentanément fermés dès ce soir".

De nombreux commerces, comme ceux de vêtements et de jouets, s'alarment d'une fermeture pendant la période-clé précédant les fêtes de fin d'année. La fédération des marchands de jouets a annoncé le dépôt d'un référé devant le Conseil d'État contre la vente de jouets dans les hypermarchés.

Dans certaines villes, les maires ont par ailleurs pris des arrêtés permettant la réouverture des petits commerces... Suscitant une certaine incompréhension chez les principaux intéressés, entre consignes préfectorales et municipales, comme l'a constaté Europe 1 à Yerres, dans l'Essonne

Amazon retire ses promotions pré-Black Friday

Une première victoire pour les commerçants ? Sur Europe 1, Agnès Pannier-Runacher a indiqué que le gouvernement avait demandé à Amazon de retirer ses promotions pré-Black Friday, qui ont commencé lundi. Le géant américain a accepté, explique la ministre déléguée à l'Industrie.

Pour Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Medef, la crainte est qu'Amazon ne sorte "grand vainqueur" de la crise sanitaire. Le géant américain a d'ailleurs annoncé jeudi le triplement de son bénéfice net sur le troisième trimestre, à 6,3 milliards de dollars.

L'Angleterre se reconfine... 

En Europe, les mesures de reconfinement se multiplient. Samedi soir, le gouvernement britannique a annoncé que toute l'Angleterre sera à nouveau confinée à partir de jeudi, jusqu'au 2 décembre. Les écoles resteront cependant ouvertes. Cette mesure ne concerne pas l'Ecosse, le Pays de Galles et l'Irlande du Nord, le confinement relevant des autorités de chaque province britannique. Pendant quatre semaines à partir de jeudi et jusqu'au 2 décembre, les cafés, pubs et restaurants resteront portes closes sauf s'ils proposent de la vente à emporter ou des livraisons.

Les habitants de l'Angleterre sont appelés à travailler de chez eux et ne doivent quitter leur domicile que pour des raisons précises comme faire de l'exercice, se rendre à un rendez-vous médical ou faire des courses alimentaires essentielles. Ils ne peuvent rencontrer qu'une personne extérieure à leur foyer, et à l'extérieur. 

Après avoir résisté pendant des semaines à un confinement général, le Premier ministre Boris Johnson s'est résolu à l'annoncer lors d'une conférence de presse organisée en catastrophe samedi, après des fuites dans la presse affirmant qu'il le ferait lundi. Le Royaume-Uni a dépassé samedi le million de cas de nouveau coronavirus avec 1.011.660 de cas détectés et 46.555 décès.

...tout comme l'Autriche 

Le gouvernement autrichien a aussi annoncé samedi un nouveau confinement, avec la mise en place d'un couvre-feu et la fermeture des restaurants, hôtels, institutions culturelles et sportives. "Un second confinement est mis en place à compter de mardi et ce jusqu'à fin novembre", a déclaré le chancelier conservateur Sebastian Kurz lors d'une conférence de presse à Vienne. Il sera interdit de sortir entre 20H et 6H du matin, a-t-il précisé. Les écoles et les crèches resteront en revanche ouvertes, de même que les magasins et coiffeurs.

L'Autriche, qui avait été relativement épargnée par la première vague, a vu exploser le nombre d'infections ces dernières semaines. Le pays de 8,8 millions d'habitants enregistre désormais plus de 5.000 cas quotidiens, contre seulement 1.000 début octobre, pour 1.109 décès depuis l'émergence de la pandémie, et les hôpitaux voient affluer de plus en plus de patients.

Le Portugal reconfiné partiellement 

Le Portugal va de son côté se reconfiner partiellement. La mesure concernera une grande partie du pays, environ 70% de la population. "Le moment est arrivé où il est nécessaire de prendre davantage de mesures restrictives (...) pour maîtriser cette pandémie", a déclaré le Premier ministre Antonio Costa. 

Plus de 45 millions de cas dans le monde 

Les Etats-Unis font face une accélération de l'épidémie de coronavirus à quelques jours de l'élection présidentielle avec un nombre record de nouvelles contaminations vendredi. Plus de 94.000 cas ont été recensés au cours des seules dernières 24 heures aux Etats-Unis, soit le nombre quotidien le plus élevé depuis le début de la pandémie, selon un comptage de l'université Johns Hopkins. 

Les pays européens constituent ainsi la troisième région la plus touchée derrière l'Amérique latine et les Caraïbes (11,2 millions de cas) et l'Asie (10,5). Sur l'ensemble de la planète, ce sont plus de 45 millions d'êtres humains qui ont été atteints, dont près de 1,2 million ont perdu la vie. L'Amérique latine et les Caraïbes ont franchi vendredi le seuil des 400.000 morts du coronavirus, selon un décompte établi par l'AFP. La région latino-américaine et caribéenne comptait 400.524 morts vendredi matin, Brésil en tête avec 159.477 décès depuis le début de l'épidémie. L'Europe occupe la deuxième place avec 275.000 décès.