Xavier Bertrand est prêt à appliquer le plan de Jean-Louis Borloo "sans l'Etat"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Le président de la région des Hauts-de-France salue sur Europe 1 les conclusions du rapport rendu par Jean-Louis Borloo au gouvernement, sur les fractures urbaines et rurales.
INTERVIEW

Jean-Louis Borloo a présenté fin avril son plan pour les banlieues. Une feuille de route pour s’attaquer à l’inégalité et aux fractures dans les zones les plus défavorisées en France, et sur laquelle l’ex-LR Xavier Bertrand ne tarit pas d’éloges. "Je pense que le plan de Jean-Louis Borloo vaut vraiment la peine d’être mis en œuvre, et si l’Etat traîne des pieds, alors il faut le faire sans l’Etat !", a lâché le président des Hauts-de-France dimanche, au micro du Grand Rendez-vous d’Europe1/CNews/Les Echos.

Mieux employer les investissements. "On l’a accusé de ne s’intéresser qu’aux banlieues. C’est faux […]. C’est un plan qui vaut pour les banlieues comme pour les zones rurales. Il parle de 15 millions de Français, ça n’est pas seulement les banlieues", plaide l’ancien ministre du Travail. "Il ne demande pas de l’argent public en plus. Il dit qu’il y a de l’argent, mais qu’il ne faut pas qu’il soit gâché ou perdu, et récupéré par les grands argentiers de ce pays, mais qu’il soit, tout simplement, déployé là où les gens en ont besoin".

Le poids de la technostructure. Surtout, Xavier Bertrand craint de voir ce rapport passer à la moulinette gouvernementale, et donc dénaturé. "Si l’Etat fait ça à sa sauce, et si dans un siècle il n’y a pas de résultat, on dira : c’est le plan qui n’a pas marché. Non, c’est la technostructure qui ne comprend pas que des initiatives peuvent venir du monde privé", rétorque Xavier Bertrand. "La technostructure est partout, et c’est ce qui nous empêche de faire", conclut-il.

Europe 1
Par Romain David