Vote par anticipation en 2022 : Guerini dénonce "un peu de complotisme" de la part de l'opposition

, modifié à
  • A
  • A
Stanislas Guerini était l'invité d'Europe 1 3:42
Stanislas Guerini était l'invité d'Europe 1 © Europe 1
Partagez sur :
Invité du "Grand Rendez-vous" dimanche 21 février, le délégué général de La République en marche Stanislas Guerini est revenu sur la possible mise en place d'un "vote par anticipation" lors de l'élection présidentielle 2022. Il explique qu'il y est favorable et déplore le "conservatisme, et parfois objectivement un peu [le] complotisme" de l'opposition. 
INTERVIEW

Faut-il mettre en place le vote par anticipation lors de la prochaine élection présidentielle, en 2022 ? "Oui", répond Stanislas Guerini, député de Paris et délégué général de La République en marche. Invité du Grand Rendez-vous, il explique qu'il y est favorable. Si cette mesure était mise en place, les électeurs pourraient demander à voter dans une autre commune de leur choix, parmi une liste de communes arrêtées par le ministre de l'Intérieur.

"Je ne peux pas vous laisser dire que le gouvernement a agi en catimini"

Alors que l'opposition déplore le timing du gouvernement, qui a proposé le vote par anticipation par voie d'amendement dans un texte au Sénat en surprenant toute la classe politique, Stanislas Guerini balaye d'un revers de main les critiques. "Je ne peux pas vous laisser dire que le gouvernement a agi en catimini", lance-t-il. "On suscite trois jours de tollé pour un amendement !", déplore Stanislas Guerini, qui dénonce "du conservatisme, et parfois objectivement un peu de complotisme" de l'opposition.

Par ces propos, Stanislas Guerini vise certainement Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France insoumise à la présidentielle en 2022. Il y a quelques jours, le député des Bouches-du-Rhône qualifiait la proposition du gouvernement de "trouvaille''. "Ajouter une cause de doutes, de troubles, dans une période qui en comporte déjà beaucoup... Pourquoi ? Par la force des choses, c’est suspect", déclarait le député insoumis. "Quand j'entends Jean-Luc Mélenchon, j'ai envie de dire 'Bienvenue en France, Jean-Luc Trump!'", a répondu Stanislas Guerini. "On a l'impression qu'on va avoir exactement le même discours qu'on a eu aux Etats-Unis sur la fraude électorale", poursuit-il.

"La majorité sénatoriale de droite vient d'enterrer cette mesure de modernisation du scrutin"

Sans surprise, le Sénat a largement rejeté l'amendement du gouvernement. "C'est bien dommage", commente Stanislas Guerini. "Parce qu'il est probable qu'on ne pourra pas examiner cet amendement à l'Assemblée nationale. Malheureusement, je pense que la majorité sénatoriale de droite vient d'enterrer cette mesure."

Le vote par anticipation, explique Stanislas Guerini, "est une mesure de modernisation du scrutin." Pouvoir permettre aux Français qui le souhaitent de voter avec une semaine d'avance dans certains bureaux de vote aurait pour avantage d'augmenter la participation, assure-t-il. Le patron de La République en marche rappelle par ailleurs que les machines à voter sont déjà utilisées dans de nombreuses villes dans le pays. "Et ça se passe très bien !"

Europe 1
Par Europe 1