Vers un retour en politique de Nicolas Sarkozy ? "Il faut toujours laisser les portes ouvertes", estime Eric Woerth

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Invité du Grand Rendez-vous sur Europe 1, l'ancien ministre du budget de Nicolas Sarkozy estime que ce dernier pourrait tout à fait revenir en politique.
INTERVIEW

Nicolas Sarkozy s’apprête à publier Passions, un livre de 360 pages où il raconte ses premiers pas au RPR jusqu’à son élection de 2007. À en juger par le tirage et le "buzz" sur les réseaux sociaux, cette sortie s’annonce comme un best-seller. Peu de personnalités chez Les Républicains suscitent autant d’intérêt que l’ex-chef de l’Etat, de quoi se demander s’il pourrait être un recours pour redresser un parti laminé par la dernière séquence électorale, comme le réclament certains ténors de la droite.

"En politique, il faut toujours laisser les portes ouvertes", a estimé pour sa part Éric Woerth, invité dimanche du Grand Rendez-vous Europe 1/CNews/Les Echos. "Est-ce qu’il a tourné une page, est ce qu’au contraire il ouvre une nouvelle page ? Personne ne peut le dire", estime le député de l’Oise qui fut, de 2007 à 2010, le ministre du Budget de Nicolas Sarkozy. "Il suscite un intérêt, c’est évident", poursuit-il. "C’est quelqu’un qui a une personnalité si forte, une capacité d’attraction, parfois de répulsion. […] Il a marqué beaucoup ces 20 dernières années en termes politiques."

Éric Woerth "ne croi[t] pas" par ailleurs que les déboires judiciaire de l’ancien président de la République, renvoyé en correctionnelle dans l’affaire dites "des écoutes", puissent freiner un éventuel retour en politique.

Les idées d'abord, le chef ensuite

"Il faut un chef en tout. Il faut bien quelqu’un qui dirige, qui soit le référant, qui incarne quelque chose, sinon tout cela est très déshumanisé. […] Il faut un chef mais on ne peut pas le décréter, on ne peut pas le trouver comme ça", poursuit toutefois le député.

Éric Woerth estime donc que la priorité de la droite, pour le moment, n’est pas de désigner un nouveau leader - Laurent Wauquiez ayant finalement démissionné après la déroute des européennes - mais de rebâtir un projet politique collectif. "Il ne faut pas chercher quelqu’un pour l’instant", explique-t-il. "La droite ne réussira à renaître que si elle a un socle d’idées qui lui-même a été rénové, reconstruit. Je crois à la politique par les idées, par la conviction."

"La pensée collective manque beaucoup", déplore encore Éric Woerth. Et de conclure : "Elle existait à l’époque de Nicolas Sarkozy, notamment pendant la conquête de 2007."

Europe 1
Par Romain David