Retraites : pour Olivier Dussopt, "on ne peut pas reporter sur des générations le fardeau de la dette"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Le secrétaire d’État Olivier Dussopt a défendu la réforme des retraites et estimé jeudi soir sur Europe 1 que le gouvernement devra trouver "un moyen pour avoir un système équilibré dans le temps".
INTERVIEW

Le gouvernement, confronté à une grève massive, est en ordre de marche pour défendre la réforme des retraites. Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics Olivier Dussopt a déclaré jeudi sur Europe 1 "qu’on ne peut pas mentir aux Français et reporter sur des générations le fardeau de la dette". "On doit trouver le moyen pour avoir un système équilibré dans le temps et accepté par tous. Mais on ne peut pas mentir aux Français et reporter sur des générations le fardeau de la dette. Cela fait partie des discussions, le Premier ministre rendra des arbitrages", a assuré le secrétaire d’État.

Plusieurs centaines de milliers de personnes ont manifesté jeudi dans toute la France contre la réforme des retraites. Le Premier ministre Édouard Philippe devait s’exprimer dans les prochains jours pour préciser les contours de la réforme voulue par le gouvernement.

"C'est bien de ne pas partir avec un boulet au pied qui est la dette" 

"Le rétablissement de l’équilibre est important. Il y a deux aspects à avoir en tête : nous construisons un système universel par points, qui doit être durable pour ne pas avoir à faire tous les cinq ans une réforme des retraites, et le système actuel génère des déficits. Pour que le système à venir soit équilibré, c’est bien de ne pas partir avec un boulet au pied qui est la dette", a estimé Olivier Dussopt. 

"Nous allons devoir prendre des décisions dans les prochains jours. Le Premier ministre s’exprimera bientôt à ce sujet", a certifié le secrétaire d'État. Selon le Conseil d'orientation des retraites (COR), le système de retraite actuel compte un déficit de 2,9 milliards d'euros en 2018. En 2025, le déficit pourrait atteindre entre 8 et 17 milliards d'euros, toujours selon le COR.