Quatre Français sur dix prêts à un "pouvoir autoritaire" pour réformer le pays en profondeur, selon un sondage

, modifié à
  • A
  • A
Quatre sondés sur 10 seraient prêts à un "pouvoir autoritaire". (Photo d'illustration)
Quatre sondés sur 10 seraient prêts à un "pouvoir autoritaire". (Photo d'illustration) © PASCAL GUYOT / AFP
Partagez sur :
41% des personnes interrogées se disent prêtes à "alléger les mécanismes de contrôle démocratique". 

Quatre Français sur dix seraient prêts à confier la direction du pays à un "pouvoir politique autoritaire" pour le réformer en profondeur, selon un sondage Ifop pour Ouest-France*, publié mercredi.

Interrogés sur l'idée de confier la direction du pays, pour "le réformer en profondeur" afin d'"éviter le déclin", "à un pouvoir politique autoritaire quitte à alléger les mécanismes de contrôle démocratique", 11% des sondés sont "tout à fait d'accord" avec cette option et 30% "plutôt d'accord", soit un total de 41%.

Ceux qui partagent cette idée affichent majoritairement une proximité partisane avec Les Républicains (55%) et le Rassemblement national (52%).

Les "experts non-élus" plébiscités. Et près de six Français sur dix (59%) seraient d'accord pour confier la direction du pays à "des experts non élus" pour mener les réformes nécessaires.

Pour une majorité de Français (54%), le pouvoir en France est aujourd'hui d'abord détenu par les marchés financiers, avant le président de la République et le gouvernement (49%), à égalité avec "les grandes entreprises multinationales". Seuls 8% des répondants considèrent que le pouvoir est détenu par les citoyens.

Pour 52% des sondés, les médias "ont trop de pouvoir". Pour 78% des personnes interrogées, les marchés financiers ont "trop de pouvoir", comme les multinationales (74%), les médias (52%) et la commission européenne (50%). En revanche 85% considèrent que "les citoyens, les électeurs" n'ont "pas assez de pouvoir. Le total est supérieur à 100% car les personnes interrogées ont pu donner deux réponses.

*Ce sondage a été réalisé les 16 et 17 octobre, sur un échantillon de 1.006 personnes, selon la méthode des quotas, par questionnaire en ligne.