"Les citoyens devraient se réjouir" que Macron surveille ses ministres

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
L'ancien ministre Renaud Dutreil, invité inattedu de Matthieu Belliard sur Europe 1, mardi, estime qu'Emmanuel Macron a raison d'utiliser une application pour contrôler l'efficacité de ses ministres.
INTERVIEW

Ancien ministre du président Jacques Chirac de 2002 à 2007, Renaud Dutreil se souvient de ses emplois du temps surchargés et de la pression qui pèse sur les membres du gouvernement. Aujourd'hui reconverti dans les affaires et soutien du président Emmanuel Macron, il considère que ce poids fait partie de la fonction. "C'est une vocation particulière, servir le pays, il n'y a pas de place pour le repos", indique-t-il. Alors, quand Emmanuel Macron utilise une application pour surveiller le travail de ses ministres, Renaud Dutreil s'en félicite.

Lundi, Europe 1 révélait l'existence de cet outil qui permet à l'Elysée de contrôler l'avancée des dossiers ministériels, réforme par réforme. "Je pense que c'est très bien que l'Etat adopte des méthodes qui conduisent à l'efficacité, tous les citoyens devraient s'en réjouir", estime-t-il.

"Dompter" son administration pour mettre en oeuvre les réformes

L'ancien ministre de la Fonction publique et de l'Etat, puis des PME, du Commerce, de l'Artisanat et des Professions libérales, ne voit aucune surveillance excessive dans cette application. Il compare cette situation à celle d'une entreprise, où un responsable vérifie l'application des décisions. "Ce qui a beaucoup changé, notamment grâce à Emmanuel Macron, c'est cette obsession du résultat", ajoute-t-il.

Entre l'adoption d'une réforme et sa traduction dans la vie quotidienne des citoyens, il y a parfois de longs mois durant lesquels l'administration tarde à signer des décrets ou à appliquer les nouvelles lois. "Un ministre doit prendre la main sur son administration, c'est comme un cheval qu'il faut dompter", insiste Renaud Dutreil. Pour cela, un membre du gouvernement doit "être techniquement à la hauteur", "avoir une ténacité à toute épreuve" et "une vision".

Or, "il y a des ministres qui ne cherchent pas les résultats", assène Renaud Dutreil. Certains sont parfois des "beaux parleurs" ou des "craintifs", déplore-t-il. C'est pourquoi, selon lui, cette application peut aider à mettre l'accent sur les ministres qui travaillent : "C'est important qu'il y ait une pression pour que ce soient les porteurs de réformes qui incarnent cette fonction ministérielle."

Europe 1
Par Europe1.fr