Ordonnances : ça passe ou ça casse

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Edouard Philippe donne jeudi midi les détails du très attendu projet de réforme du Code du travail. Emmanuel Macron a tout fait pour préparer cet instant crucial pour le début de son quinquennat. 

C’est le jour J. Celui qui peut marquer le début d’une longue séquence de lutte sociale, ou montrer qu’Emmanuel Macron a réussi son baptême du feu. C’est jeudi, à la mi-journée, que le Premier ministre Edouard Philippe, assisté de la ministre du Travail, présente le contenu des ordonnances censées réformer le Code du travail, ordonnances dont on parle depuis de longs mois. Le document, épais, de près de 200 pages, aura été présenté auparavant aux partenaires sociaux. Le chef de l’Etat joue gros, car il s’agit là de la première grande réforme de son quinquennat. Alors Emmanuel Macron n’a pas ménagé ses efforts.

Une méthode qui a fait l'unanimité. Depuis trois mois, il a ainsi choyé les partenaires sociaux, avec pas moins d’une centaine de rendez-vous avec le ministère du Travail. La méthode a fait l’unanimité. Emmanuel Macron a en outre réussi à ce que le texte reste confidentiel. Seules les grandes lignes sont, pour l'heure, connues.

Et depuis son retour de vacances, le président de la République prépare ce grand jour. D’abord avec l’embauche - très commentée - d’un porte-parole, Bruno Roger-Petit, qui rentrera en fonction demain. Ensuite avec une interview dans Le Point, histoire de faire de la pédagogie, mais aussi, en même temps, de détourner l’attention, d’allumer un contre-feu le jour J.

Edouard Philippe au front. Parallèlement, Emmanuel Macron a sollicité les députés de la majorité, dont certains ont été reçus mercredi à Matignon. Enfin, tous les ministres ont été briefés en début de semaine, pour que chacun aille défendre ce nouveau Code du travail. Mais c’est surtout Edouard Philippe qui sera mis à contribution. Le chef du gouvernement va courir les plateaux pour tenter de rassurer les deux tiers des Français qui se disent inquiets face à cette réforme.