Opposition à la réforme des retraites : Laetitia Avia dénonce "une radicalisation du mouvement"

, modifié à
  • A
  • A
Laetitia Avia 3:15
© Europe 1
Partagez sur :
Invitée d'Europe 1, Laetitia Avia, députée de Paris et porte-parole de LREM, a condamné les récentes actions militantes menées contre la réforme des retraites, et qui ont pu viser certains membres du gouvernement, jusqu'à Emmanuel Macron.
INTERVIEW

Tentative d’intrusion au siège de la CFDT, Emmanuel Macron attendu et sifflé par des manifestants à la sortie d’un théâtre parisien, les vœux de plusieurs membres du gouvernement perturbés par des manifestations… les actions contre la réforme des retraites se sont multipliées ces derniers jours. "On voit une radicalisation du mouvement", a estimé dimanche, au micro de François Geffrier sur Europe 1, Laetitia Avia, députée de Paris et porte-parole de La République en marche.

"On a des intrusions dans des syndicats comme la CFDT, ce sont des tentatives d’intimidation. Ce n’est pas comme ça que fonctionne la démocratie", s’agace celle qui est également présidente du bureau exécutif de LREM. Laetitia Avia y voit le fait de "personnes jusqu’au-boutiste", dont l’objectif serait de "renverser le gouvernement". "Du coté des responsables politiques il n’y a pas de condamnation unanime de ces comportements. Je le déplore", poursuit-elle.

La grève à bout de souffle ? 

Alors que l’UNSA, le premier syndicat de la RATP, appelle à une suspension du débrayage dans les transports parisiens, pour permettre aux grévistes de se renflouer financièrement, Laetitia Avia refuse d’y voir une victoire pour le gouvernement. "Nous ne sommes pas dans une confrontation", balaye-t-elle. "Il y a de l’épuisement de part et d’autres, de la part de l’ensemble de nos concitoyens qui doivent se rendre au travail tous les jours, et puis chez les grévistes qui doivent aussi subvenir à leurs besoins", estime l'élue, qui "en appelle à la reprise du dialogue social". Selon un sondage Ifop publié par Le Journal du Dimanche, une petite majorité de Français (51%) continue de soutenir la mobilisation près d'un mois et demi après son lancement.

 

Europe 1
Par Romain David