Municipales : "On peut trouver le moyen de s'entendre" à gauche, assure Fabien Roussel (PCF)

, modifié à
  • A
  • A
Pour les municipales, Fabien Roussel défend la plus large union de la gauche possible.
Pour les municipales, Fabien Roussel défend la plus large union de la gauche possible. © Europe 1
Partagez sur :
Invité de la matinale d'Europe 1, dimanche, le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel, prône un rassemblement à gauche "sur la base de projets", afin de "réussir à battre la droite et l'extrême droite".
INTERVIEW

"36.000 communes, autant de diversité." À six mois des élections municipales, le Parti communiste français de Fabien Roussel a décidé de faire preuve de pragmatisme pour cette échéance locale, décisive pour une gauche en recomposition. Sur Europe 1, dimanche matin, le secrétaire national du PCF a défendu "un rassemblement des forces de gauche autour d'un projet" dans les grandes villes, notamment.

Roussel prône une "diversité" entre sensibilités de gauche

"Dans ces grandes villes, à tel endroit ce sera un écologiste qui tirera la liste, dans une autre ville un socialiste, ailleurs un communiste, etc. C'est cette diversité qui pourra faire en sorte que dans toutes ces grandes villes, nous devrions nous mettre d'accord", estime-t-il au micro de Bernard Poirette.

"Il n'y aura pas qu'une seule liste dans toute la France donc on peut trouver le moyen de s'entendre entre Perpignan, Toulouse, Lille, Fréjus, Montpellier", poursuit-il. Une logique différente des élections européennes de mai dernier, lorsque le PCF s'est présenté seul.

" Là où il y a la droite et l'extrême droite, il faut trouver le moyen d'être le plus uni possible "

L'échéance, très importante pour la gauche, est particulièrement crucial pour le PCF, qui détient aujourd'hui 800 villes en France, alors que ses scores lors des scrutins nationaux ne reflètent pas vraiment ce bon ancrage municipal. Fabien Roussel se défend pourtant de manœuvrer pour voir les communistes réélus et dit d'abord souhaiter "que les maires de gauche puissent être soutenus dès le premier tour : "Là où il y a la droite et l'extrême droite, il faut trouver le moyen d'être le plus uni possible sur la base de projets et réussir à battre la droite et l'extrême droite."

Europe 1
Par Thibaud Le Meneec