Macron : le lien entre le Parquet et l'exécutif "ne saurait être totalement rompu"

  • A
  • A
Le chef de l'Etat a défendu jeudi le choix de Rémy Heitz pour succéder à François Molins. (archives)
Le chef de l'Etat a défendu jeudi le choix de Rémy Heitz pour succéder à François Molins. (archives) © Ludovic MARIN / POOL / AFP
Partagez sur :
Emmanuel Macron a défendu jeudi devant le Conseil constitutionnel "une articulation parfaite de l'autorité judiciaire et des autres pouvoirs publics". 

Emmanuel Macron a déclaré jeudi que le lien entre le Parquet et le pouvoir exécutif "ne saurait être totalement rompu", alors que le choix du nouveau procureur de Paris par le gouvernement a provoqué une polémique. Dans un discours pour marquer le 60ème anniversaire de la Constitution de 1958, le chef de l'État a estimé que l'indépendance de la justice "n'interdit pas - je dirais même qu'elle commande - une parfaite articulation de l'autorité judiciaire et des autres pouvoirs publics".

"La politique pénale est déterminée par le gouvernement". "C'est particulièrement vrai pour le Parquet" et "n'en déplaise à certains, son lien avec le pouvoir exécutif, même assorti de robustes garanties, ne saurait être totalement rompu", a-t-il ajouté au Conseil constitutionnel. Car "la politique pénale, comme l'ensemble des politiques publiques, est déterminée par le gouvernement, qui en est responsable devant le Parlement". Ce lien entre le parquet et le pouvoir exécutif alimente depuis toujours la suspicion sur une possible instrumentalisation de la justice dans les dossiers sensibles, même si une loi interdit depuis 2013 au garde des Sceaux d'adresser des instructions aux procureurs dans des affaires individuelles.

Le gouvernement choisit Rémy Heitz pour succéder à Molins. "Les procureurs gèrent une équipe, co-dirigent une juridiction, déclinent des politiques publiques, communiquent et incarnent pour nos concitoyens la protection qui leur est due. A cet égard, il est clair que l'exécutif garde toute légitimité pour proposer le candidat qui lui semble le plus pertinent", a ajouté Emmanuel Macron. Le gouvernement a annoncé mercredi avoir choisi Rémy Heitz, un haut magistrat passé par la Sécurité routière, pour succéder à François Molins au poste sensible de procureur de Paris, après une semaine de polémique où l'Elysée a été accusé de s'immiscer dans le processus de nomination.