L'Etat prendra à sa charge l'inhumation des migrants victimes du naufrage en Manche

Gérald Darmanin a annoncé mardi sur Twitter que l'État prendrait à sa charge l'inhumation des 27 migrants décédés lors du naufrage en Manche de leur embarcation à destination du Royaume-Uni mercredi dernier.
Gérald Darmanin a annoncé mardi sur Twitter que l'État prendrait à sa charge l'inhumation des 27 migrants décédés lors du naufrage en Manche de leur embarcation à destination du Royaume-Uni mercredi dernier. © Thomas COEX / AFP
  • Copié
avec AFP
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé que l'État prendrait à sa charge l'inhumation des 27 migrants décédés lors du naufrage en Manche de leur embarcation à destination du Royaume-Uni mercredi dernier. Ce drame, le plus meurtrier survenu en Manche, a relancé les tensions entre la France et le Royaume-Uni.

Gérald Darmanin a annoncé mardi sur Twitter que l'État prendrait à sa charge l'inhumation des 27 migrants décédés lors du naufrage en Manche de leur embarcation à destination du Royaume-Uni mercredi dernier. L'État "travaillera avec les communes qui acceptent d'accueillir les défunts", a ajouté le ministre de l'Intérieur, en précisant qu'il s'agissait d'une demande du président Emmanuel Macron.

Un drame qui relance les tensions 

La France ne prendra pas en charge d'éventuels rapatriements de corps si les familles en font la demande, a précisé à l'AFP l'entourage de Gérald Darmanin, soulignant que les pays d'origine peuvent le faire. Ce drame, le plus meurtrier survenu en Manche, a relancé les tensions entre la France et le Royaume-Uni au sujet de la lutte contre les traversées du "Channel" par des immigrés clandestins, qui se sont développées depuis 2018.

Vers un nouvel accord ?

Le Premier ministre Jean Castex devait écrire mardi à son homologue Boris Johnson pour lui proposer de travailler à l'élaboration d'"un accord équilibré" sur l'immigration clandestine entre son pays et l'Union européenne (UE), avait annoncé lundi Gérald Darmanin à l'issue d'un Conseil de défense de sécurité intérieure. Le ministre de l'Intérieur a par ailleurs rejeté toute "remise en cause" des accords du Touquet (2004) qui placent la frontière britannique côté français, ainsi que l'ont suggéré plusieurs personnalités d'opposition, en rappelant que ce texte ne concernait que l'immigration légale.