"C'est potentiellement tous les policiers et tous les militaires qui peuvent être dangereux"

  • A
  • A
"Il faut garantir une sécurité plus efficace pour les policiers, mais aussi pour les citoyens", a par ailleurs déclaré Christophe Rouget. 1:20
"Il faut garantir une sécurité plus efficace pour les policiers, mais aussi pour les citoyens", a par ailleurs déclaré Christophe Rouget. © Martin BUREAU / AFP
Partagez sur :
Le secrétaire général du syndicat majoritaire des officiers de police, le Syndicat des Cadres de la Sécurité Intérieure, estime au micro d'Europe 1 que le réexamen des outils en place pour détecter les signes de radicalisation, demandé par le Premier ministre après l'attaque de la Préfecture de police de Paris, doit être étendu à toutes les forces de l'ordre.

Inspecter les services de renseignement et comprendre ce qui n'a pas fonctionné à la Préfecture de police de Paris. Voilà l'objectif des mesures listées par le Premier ministre Édouard Philippe dans un entretien accordé au Journal du dimancheaprès l'attaque de la préfecture, perpétrée par un fonctionnaire qui aurait "adhéré à une vision radicale de l'islam", et qui a coûté la vie à quatre agents jeudi dernier. Au micro d'Europe 1, Christophe Rouget, le secrétaire général adjoint du SCSI, syndicat majoritaire chez les officiers, a qualifié ces annonces de "normales", et souhaite qu'elles soient élargies à l'ensemble des corps armés. 

"Il y a eu des dysfonctionnements"

"C'est potentiellement tous les policiers, tous les gendarmes et tous les militaires armés qui peuvent être dangereux", souligne le syndicaliste. Avant de poursuivre : "Il y a eu des dysfonctionnements, il faut donc mettre en place des processus plus efficaces que ceux qui existent déjà [...] pour garantir une sécurité plus efficace pour les policiers, mais aussi pour les citoyens".

Choqué par ce drame inédit dans l'histoire de la police, comme une très large majorité de policiers, Christophe Rouget rappelle "qu'il ne faut pas que la confiance dans les différents services fasse place au doute". Le Premier ministre a demandé que les premières conclusions sur "les menaces internes des services de renseignement" soient rendues dès la fin du mois, et que tous les cas d’agent posant problème aient été traités d’ici à la fin de l’année.

Europe 1
Par Guillaume Biet, édité par Ugo Pascolo