Les maires écologistes vont "devoir relancer la machine économique", affirme Brice Lalonde

  • A
  • A
Partagez sur :
Près d'une semaine après la percée des écologistes aux élections municipales, Brice Lalonde, homme politique et militant écologiste, invité d'Europe 1, a affirmé samedi que si ces élus avaient déjà fait leurs preuves sur leur volonté de protéger l'environnement, il leur incombait désormais de relancer la machine économique pour qu'écologie et économie se nourrisse l'une et l'autre.
INTERVIEW

"Le parti 'Les Verts' a été créé il a 40 ans, et en 40 ans, ce parti s’est installé", affirme Brice Lalonde, estimant que les écologistes cueillent aujourd’hui le fruit d’un travail amorcé il y a quatre décennies. Militant écologiste et ancien ministre de l’Environnement (1991-1992), celui-ci était l’invité d’Europe 1 samedi soir. Il s’est félicité de voir déferler sur la France une vague verte, mais met en garde les maires écologistes de l’impératif de "se montrer des bons maires sur la totalité de la palette", notamment concernant la relance économique.

"Il n’y a pas de bonne écologie si l’économie est en carafe"

"Le travail de ces élus verts n’est pas simplement de défendre l’environnement", déclare Brice Lalonde, au micro d’Europe 1. "Ils sont là pour la tranquillité, la sécurité, ils vont devoir relancer la machine économique, s’occuper des entreprises, des écoles…", énumère-t-il. Parmi ces éléments, la remise en route de l’économie est le point clé, estime l’homme politique et militant écologiste. "Il n’y a pas de bonne écologie si l’économie est en carafe", assure-t-il. "Il faut que l’économie soit forte pour que l’écologie soit forte, et inversement".

Pour cela, Brice Lalonde ne tarit pas de suggestions, prenant l’exemple de Pierre Hurmic, fraîchement élu maire de Bordeaux, qui réclame l’urgence climatique. Une urgence climatique qui, selon Brice Lalonde, commence par les transports. "Les transports, ça veut dire l’électrification de l’usage de l’énergie dans les maisons, ou pour les voitures électriques", dit-il. "Les maires doivent mettre partout des bornes de recharge, il faut qu’ils aident les automobilistes", poursuit-il, estimant que l’électrification est au centre de la lutte contre le changement climatique.

"Tout commence par l'énergie"

"Il va falloir que les maires participent aux actions de l’intercommunalité", ajoute Brice Lalonde, revenant sur le succès des écologistes au sein de la métropole lyonnaise. "Le plus important, c’est la renaissance de la France toute entière", insiste-t-il, effectuant un parallèle avec la construction progressive de l’Union européenne. "Quand on a fait l’Europe, on a commencé (en 1952, NDLR) par la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA)", dit-il. "Tout commence par l’énergie".

Avant tout, et encore plus compte tenu du contexte actuel de crise, "il faut que l’économie fonctionne", répète Brice Lalonde, évoquant la remise en route des chantiers dans toutes les communes. "C’est d’abord remettre en route les activités normales, discuter avec les entreprises, notamment les artisans", affirme-t-il, rappelant que la transition écologique est la meilleure alliée de l’économie. "Cette remise en route doit devenir une relance verte", poursuit-il. "Mais, bien sûr, il doit y avoir des accords avec le gouvernement central", achève-t-il, désignant directement le gouvernement et son nouveau chef, Jean Castex.

Europe 1
Par Pauline Rouquette