Gérard Larcher lance un appel à Emmanuel Macron : "Il faut qu'il écoute le pays"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Invité de la matinale d'Europe 1, le président du Sénat Gérard Larcher a appelé le chef de l'État Emmanuel Macron à "cesser cette verticalité de la décision" dans l'exercice du pouvoir.
INTERVIEW

Avec le grand débat national qui démarre lundi, Emmanuel Macron veut ouvrir le "temps 2" du quinquennat. Pour Gérard Larcher, le chef de l'État joue gros pour la suite du quinquennat. Au micro Europe 1 d'Audrey Crespo-Mara, jeudi, le président du Sénat l'a appelé à "entendre" les Français : "Il faut qu'il écoute le pays. Il faut cesser cette verticalité de la décision."

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Larcher "ne sentait plus une partie du pays". Selon Gérard Larcher, la colère exprimée par les "gilets jaunes" germait depuis longtemps. "Je suis attentif à ce qui se dit (…) sur le refus du consentement à l'impôt, sur le sentiment d'abandon. Je le disais depuis des mois. J'avais alerté le président de la République : je ne sentais plus une partie du pays."

Macron responsable du "laminage des corps intermédiaires". Si la crise est profonde, selon lui, la politique menée par Emmanuel Macron depuis mai 2017 n'a pas aidé à résoudre les problèmes. "Il faut cesser cette verticalité de la décision", a-t-il demandé au chef de l'État sur Europe 1, jeudi. "Le laminage des corps intermédiaires se révèle aujourd'hui avec des conséquences parfois incalculables."

"La semaine prochaine, le président va retrouver les maires. Je souhaite qu'il les rencontre avec l'ensemble des corps intermédiaires. Ce sera un test", a averti Gérard Larcher.