Européennes : "La responsabilité de la victoire ou de la défaite sera attribuée au président" Macron, selon Sibeth Ndiaye

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Invitée de la matinale d'Europe 1, jeudi, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye estime qu'il est normal "que le président monte en première ligne" lors de la campagne des européennes. 
INTERVIEW

Une véritable tête de liste. Lors de ces dernières semaines de campagne, Emmanuel Macron s'est employé pour soutenir la liste de La République en marche pour les élections européennes, accordant mercredi une interview aux quotidiens régionaux et affirmant être "prêt à tout" pour éviter que le Rassemblement national n'arrive en tête, dimanche.

Un "système institutionnel" qui expose Macron

Cela a conduit de nombreux observateurs à voir dans le chef de l'État le principal moteur de la liste "Renaissance", alors que les partis d'opposition ont critiqué une stratégie difficilement compatible avec sa position de président de la République. Pour Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, "c'est normal que le président monte en première ligne", estime-t-elle sur Europe 1, jeudi.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"De toute façon, la responsabilité de la victoire ou de la défaite, il ne faut pas se masquer le visage, elle sera attribuée au président de la République", indique Sibeth Ndiaye. "C'est le système institutionnel de notre pays qui est fait ainsi : même pour une élection qui n'est pas nationale, on en attribue le mérite ou le démérite à celui qui est à la tête de nos institutions", ce qui sous-entend qu'une première place du Rassemblement national devant La République en marche, dimanche, serait une défaite politique pour Emmanuel Macron.

Loiseau, "une candidate formidable"

La porte-parole du gouvernement balaie logiquement les accusations d'une campagne jugée décevante : "Nathalie [Loiseau] est une candidate formidable, qui a subi énormément d'attaques, sans doute parce qu'elle était formidable. Pour être un bon député européen, pour animer le collectif de nos parlementaires, il faut faire des succès d'estrade ? Je n'y crois pas beaucoup. On a vu beaucoup de gens, par exemple Marine Le Pen, qui sont des tribuns sur des estrades, mais quand on regarde le bilan, il est bien maigre. Je préfère avoir quelqu'un qui est sérieux, qui ne fait pas des effets de manche."

La liste du Rassemblement national figure en tête des intentions de vote de plusieurs instituts de sondages, alors que cette première position était occupée par La République en marche lors des premières semaines de campagne. D'après un sondage BVA Opinion dévoilé mercredi par Europe 1, la liste portée par Jordan Bardella gagne 2 points à 23%, soit un point de plus que celle de LREM (22%, stable).