Édouard Philippe sur la transition écologique : "notre planète n'a pas le choix, il faut y aller"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

"Je comprends l'impatience formulée par Nicolas Hulot et par les jeunes qui vont défiler", a affirmé le Premier ministre, vendredi sur Europe 1. 

INTERVIEW

Le gouvernement prend-il la mesure de l'urgence climatique ? Alors que la jeunesse mondiale défilera vendredi, à l'appel de l'adolescente suédoise Greta Thunberg et au lendemain du dépôt d'une plainte pour inaction climatique par plusieurs ONG, dont la Fondation Nicolas Hulot, Édouard Philippe a plaidé pour une "transition écologique réelle", vendredi sur Europe 1. "Je comprends l'impatience formulée par Nicolas Hulot et par les jeunes qui vont défiler, elle est très légitime. À certains égards, je la partage beaucoup."

"J'essaie de faire de la transition écologique réelle". "Après, la question, c'est 'comment on fait avancer les choses' ? Est-ce qu'on fait avancer les choses en attaquant l'État ?", a poursuivi le chef du gouvernement, taclant les prédécesseurs d'Emmanuel Macron sur le sujet. "Un certain nombre de gouvernements se sont fixés des objectifs très ambitieux. Est-ce qu'ils se sont donné les moyens d'atteindre ces objectifs très ambitieux ? Loin s'en faut. Moi, je n'essaie pas d'être dans le spectaculaire et dans les annonces formidables, j'essaie de faire de la transformation et de la transition écologique réelle."

"Notre planète n'a pas le choix, il faut y aller". "La transition écologique, il n'y a pas le choix", a encore affirmé le Premier ministre. "Notre planète n'a pas le choix, il faut y aller. Après on peut discuter pour savoir s'il faut y aller très vite ou y aller un peu moins vite. Parce que si on y va très vite, on va renoncer à un certain nombre de choses et ça ne va pas être acceptable. Mais bien sûr qu'il faut y aller !"