Confinements locaux : Nicolas Dupont-Aignan dénonce une "situation grotesque"

, modifié à
  • A
  • A
Nicolas Dupont-Aignan 2000x1000 3:35
Nicolas Dupont-Aignan était l'invité d'Europe 1. © Europe 1
Partagez sur :
Le député Nicolas Dupont-Aignan a dénoncé dimanche sur Europe 1 la gestion de l'épidémie dans les Alpes-Maritimes et l'agglomération de Dunkerque, soumis pour deux week-ends à des confinements locaux. "On n'a jamais atteint une situation aussi grotesque dans notre pays", a-t-il regretté.
INTERVIEW

Le député de l'Essonne et président de "Debout la France" Nicolas Dupont-Aignan était l'invité du Grand Rendez-Vous Europe 1-Les Echos-Cnews dimanche. Alors que des reconfinements locaux ont été mis en place pour deux week-ends dans les Alpes-Maritimes pour Nice et 63 communes, et dans l'agglomération de Dunkerque, il a dénoncé cette gestion de l'épidémie qui selon lui a permis au pays d'atteindre "une situation grotesque" encore "jamais atteinte".

"Contre-productif"

"C'est la situation la plus absurde, la plus ubuesque", a-t-il encore déploré. "Vous pouvez vous entasser dans les bus, aller la cantine de l’entreprise en semaine, mais le weekend où vous pourriez aller en plein air", c'est impossible. "C’est n’importe quoi", a insisté le député. Selon lui, "l'enfermement à domicile est contre-productif sur le plan sanitaire" car "le virus s'attrape à l'intérieur". 

"J'ai vu des CRS qui patrouillent sur la plage : comment peut-on être aussi débile ?", s'est insurgé Nicolas Dupont-Aignan, en référence aux contrôles des confinements locaux du week-end qui ont lieu dans 63 communes des Alpes-Maritimes et à Dunkerque (Nord).

 

Le député a dénoncé cette politique sanitaire du gouvernement, considérant que l'on "ne soigne pas les malades, mais on enferme les bien-portants, mettant en cause nos libertés. Il faut changer de politique". "Je demande qu’on passe d’une stratégie d’enfermement à stratégie de protection ciblée."

"Suicide sanitaire"

Si des confinements locaux ont été mis en place ce week-end, le gouvernement envisagerait aussi un reconfinement d'une vingtaine d'autres départements. "Aujourd'hui, un nouveau confinement serait un suicide sanitaire (parce que d'autres maladies ne seront pas soignées), social et économique. Donc il faut agir en amont."

Nicolas Dupont-Aignan propose pour cela de "protéger, soigner, augmenter les lits de réanimation, d’hôpitaux", ce qui n'est d'après lui "toujours pas fait", et ce afin de "se donner les moyens d’éviter le confinement". Il cite pêle-mêle comme "solutions" des "masques ffp2 pour les plus fragiles, l'ivermectine (antiparasitaire qui fait actuellement l'objet de recherches et dont l'efficacité est en cours d'étude ndlr), donner de la vitamine D pour améliorer l’immunité collective, accélérer les recherches et développer les soins précoces".

Europe 1
Par Séverine Mermillod