A Levallois-Perret, les habitants regrettent leur maire Patrick Balkany : "Il a fait énormément de choses pour nous"

, modifié à
  • A
  • A
balkany, maire 1:25
Le maire de Levallois-Perret, Patrick Balkany, lors d'un conseil municipal, le 1er juillet. © Martin BUREAU / AFP
Partagez sur :
Suite à la décision du tribunal de Paris, qui a condamné vendredi le maire de Levallois-Perret, Patrick Balkany, à quatre ans de prison et dix mois d'inéligibilité, les habitants de la ville sont encore sous le choc. Si les avis sont partagés au sujet de ce jugement, les habitants évoquent un bon maire, engagé pour sa ville. 
REPORTAGE

C'est une décision à laquelle ils ne s'attendaient pas. Les habitants de Levallois-Perret sont sous le choc après la condamnation, vendredi, du maire Patrick Balkany à quatre ans de prison ferme et dix ans d'inéligibilité. Les Levalloisiens sont aussi surpris par la condamnation de la première adjointe, Isabelle Balkany, à trois ans de prison sans mandat de dépôt

 

Si la surprise est grande pour beaucoup d'habitants, la peur de perdre un maire qui faisait beaucoup pour sa ville s'immisce désormais dans leurs esprits. Interrogée par Europe 1, Magalie, une habitante témoigne de sa colère de perdre ce maire, en poste depuis trente ans cumulés. "Pour tout Levallois-Perret, c'est une nouvelle épouvantable qui n'est pas forcément justifiée", juge-t-elle, décrivant une "ville vraiment attristée" par cette décision.

"Il a fait énormément de choses pour nous, malheureusement on perd tout. Tout s'écroule ! ", poursuit-elle. Magalie évoque aussi son inquiétude à l'idée d'un remplacement de Patrick Balkany : "J'espère que sa relève assurera à l'identique ce qui nous avions jusqu'à présent". 

De son côté, Laurence estime que Patrick Balkany a servi d'exemple pour la justice. "Je pense que l'on a voulu lui couper l'herbe sous le pied. La villa Pamplemousse, elle appartient à qui ? Je m'en fiche. L'argent ? Je m'en fiche. Moi, ce que je regarde, c'est comment il a rendu Levallois et comment nous, habitants, nous sommes traités", regrette Laurence. 

Un bon maire sous le coup de la justice 

Dans les rues de Levallois-Perret, les habitants ne sont pas tous de cet avis. Pascale admet que Patrick Balkany était un bon maire mais que la justice a pris une décision qu'il faut respecter : "Tout le monde a bénéficié de ce qu'il a fait. Qu'il se mette de la poche de l'argent, c'est autre chose. Il doit payer pour ce qu'il a fait. C'est normal qu'il soit emprisonné", affirme Pascale, qui va tout de même "le regretter en tant que maire". 

Devant l'hôtel de ville, une habitante lâche en souriant : "Bon vent ! Ça y'est, on va peut-être enfin pouvoir changer d'air."

Europe 1
Par Pauline Jacot, édité par T.F